Dans un hôpital de Nairobi, au Kenya, des femmes détenues après l’accouchement, ont été contrainte de coucher avec les médecins afin de compléter le paiement de leurs factures.

Selon le Dr Mit Philips, conseiller en politique de santé à « Médecins sans Frontières » : «les soins de santé doivent être gratuits pour tous les patients. Et cette gratuité ne doit pas être de façade ; elle doit être effective. Comme on le voit, c’est l’extrême pauvreté qui mène aux pires situations: Les malades meurent pour rien parce qu’ils n’ont pas d’argent. Quand ils reçoivent les soins médicaux dont ils ont besoin, leurs affaires ou leurs papiers d’identité sont confisqués. Ils sont généralement gardés en otage (…) ».

« Malheureusement, beaucoup d’établissements de santé situés en Afrique subsaharienne ne reçoivent pas de financement suffisant pour fournir des soins adéquats, même lorsque les patients ont les moyens. C’est ce cercle vicieux que mène la logique économique. C’est l’effectivité de la couverture universelle de la santé qui rendra possible l’abolition les frais de santé. »

La couverture universelle

Les militants pour un monde plus juste appellent les dirigeants nationaux (chefs d’Etats, chefs de gouvernement et ministre de la santé) et internationaux (ONU, l’Organisation Mondiale de la Santé et la Banque Mondiale) à prendre des mesures immédiates pour interdire les détentions médicales et à poursuivre les hôpitaux qui emprisonnent leurs patients. Ils exigent également la réforme des systèmes de financement de santé en faveur d’une couverture maladie universelle financée par des fonds publics.

Le document cite le Burundi comme un exemple à suivre. En effet, ce pays, grâce à l’abolition des frais d’accès aux soins de santé a substantiellement amélioré les services publics de santé. Les fonds financiers affectés aux hôpitaux et services gratuits de maternité ont quadruplé. Du coup, les livraisons dans les unités sanitaires et la mortalité infantile a diminué de 43% en cinq ans.

« Les seuls pays qui ont réalisé la mise en place d’une couverture sanitaire universelle l’ont fait en augmentant le financement public. L’élément essentiel qu’apporte la couverture maladie universelle (CMU) est la suppression des frais d’accès aux soins de santé publique », a déclaré la conseillère en programme de santé d’Oxfam, Anna Marriott.

Notis©2017

Sources: « A denial right of dignity »