L’Organisation mondiale de la Santé met en garde contre la pollution de l’air qui se dégrade de façon inquiétante dans une grande partie du globe. Selon l’OMS, plus de 80% des citadins du monde respirent de l’air de mauvaise qualité, ce qui augmente le risque de cancer du poumon et d’autres maladies mortelles.

 Irrespirables

Sans surprise, se sont les populations urbaines vivant dans les pays pauvres qui sont de loin les plus touchées.

Dans un rapport publié le 12 mai 2016, l’OMS note que seulement 2% des villes dans les pays à revenu faible et intermédiaire sont pourvues  d’air qui répond aux normes de l’organisme des Nations Unies. Le chiffre est beaucoup plus élevé en ce qui concerne les pays riches : 44% des villes des pays riches sont respirable.
Le rapport se base sur les données de plein air -plutôt que l’air des ménages- de 795 villes situées dans 67 pays, sur la période de 2008 à 2015. Il en ressort que la qualité de l’air se détériore très rapidement dans les régions en développement, notamment au Moyen-Orient et Asie du Sud. En revanche, l’OMS constate une amélioration générale dans les régions les plus riches, comme l’Europe et l’Amérique du Nord.

Top 10 des villes les plus polluées du monde

pollutionair

“La pollution atmosphérique urbaine continue de croître à un rythme alarmant, causant des ravages sur la santé humaine,” a déclaré, Maria Neira, responsable du département de santé publique et environnement de l’OMS, dans un communiqué.
Les causes courantes de la pollution de l’air comprennent le trop plein de voitures -de véhicules fonctionnant en particulier au diesel- le chauffage, la climatisation des grands bâtiments, la gestion des déchets, le traitement agricole, l’utilisation de charbon et de générateurs diesel.
Dans l’ensemble, la pollution atmosphérique cause plus de 3 millions de décès prématurés par an, selon l’ONU.
Notis©2016