Une étude révèle que la musique que nous écoutons aujourd’hui est triste, male structurée et violente, comparativement à la musique populaire des années 1950.

Les chercheurs ont passé au crible les paroles de plus de 6 000 chansons éditées de depuis 1951 afin d’en recueillir leurs principales émotions. Ils ont constaté que les chansons les plus écoutées de ses dix dernières années sont majoritairement pauvres et insignifiantes.

« La musique populaire était « effrayante » pendant la guerre froide dans les années 1980, en colère au milieu des années 90 et a atteint le point culminant de la tristesse le plus bas au 21e siècle » ont écrit les experts.

Parmi les airs classiques «positifs» des années cinquante, les musicologues ont retenu, notamment, « See You Later » de Bill Haley, « Be-Bop-A-Lula » de Gene Vincent et « Love Me Tender » d’Elvis Presley.

Les chercheurs de la Lawrence Technological University du Michigan, aux États-Unis, ont déclaré: «En général, les résultats montrent une nette tendance à des sentiments plus négatifs dans les paroles de la musique pop, avec un changement plus important au début des années 90.»

« We Will Rock You » (1977) du groupe Queen est citée comme la chanson riche en extraversion, pauvre en tristesse et excluant toute peur du lendemain.

La musique d’aujourd’hui est à l’image d’un monde triste, sans saveur et sans aucun avantage.

Plusieurs raisons peuvent pousser les gens à écouter les chansons tristes et/ou violentes. Premièrement, une musique triste peut approfondir et amplifier les sentiments de chagrin. La tristesse favorise la réflexion qui peut être thérapeutique.

La musique permet d’inaugurer des sentiments de mélancolie. La mélancolie, bien que souvent considérée comme un sentiment négatif, peut être utile à la créativité.

Enfin, les gens écoutent la musique hard ou aigre tout simplement parce qu’ils sont en quête «de sensations fortes». C’est comme une drogue dure vers laquelle on se tourne lorsqu’on veut ignorer ou affronter la dure réalité.  

Notis©2021

Par Usher Sidney