La mort prématurée d’Elvis Presley était inévitable ; elle aurait été provoquée par des défauts génétiques causés par des cas d’inceste descellés dans son arbre généalogique.

Dans une œuvre biographique intitulée « Elvis: Destined to Die Young » (« Elivis : Le destin d’une mort précoce »), l’écrivaine Sally Hoedel soutien que la mort prématurée d’Elvis, par crise cardiaque à 42 ans, aurait été provoquée par des gènes défectueux transmis par ses grands-parents maternels, qui se sont mariés bien qu’ils soient cousins ​​germains.

Elvis Presley embrassant sa mère, Gladys, à la veille de son départ à l’armée. À gauche son père, Vernon, tout aussi inquiet (de la santé de Gladys)

Hoedel, fan depuis toujours du « King », affirme être parvenu à cette conclusion en faisant des recherches sur la vie de l’artiste. Elle a remarqué des similitudes entre la mort du rockeur et la mort de sa mère Gladys Presley, également décédée dans la quarantaine.

Tout comme Elvis, Gladys a subi une période soudaine de déclin intense de sa santé et de toxicomanie, entraînant sa mort à 46 ans d’une insuffisance cardiaque.

Les trois frères de Gladys sont également décédés chacun à un âge similaire à celui-ci de maladies cardiaques ou pulmonaires.

« Cela cesse d’être une coïncidence dès lors qu’on tombe sur les antécédents d’Elvis… il se passe tellement de choses dans cet arbre généalogique », selon Hoedel.

Elvis Presley a été retrouvé mort dans sa salle de bain à Memphis, dans le Tennessee, le 16 août 1977. Sa mort a été officiellement jugée comme étant causée par un arrêt cardiaque, mais le rôle joué par la consommation de drogue dans cette cause fait depuis longtemps l’objet de débats.

Presley était connu pour être devenu accro à de nombreux médicaments sur ordonnance tout au long des années 1970, pour faire face aux exigences de sa vie professionnelle marquée par des tournées exténuantes.

Dans son livre, Hoedel soutient que le déclin d’Elvis n’était pas causé par une consommation excessive ou imprudente de drogues, mais qu’il s’agissait de médicaments sur-prescrits pour atténuer les maux qu’il avait déjà développés.

« Elvis avait divers problèmes de santé mais il les cachait, si bien que la sur-médication est ce dont nous nous souvenons maintenant. Il en prenait souvent trop. Ce qui a entrainé d’autres problèmes. Mais, il faut aussi se demander pourquoi il prenait ces pilules et pour soulager quoi en premier lieu ».

Selon la biographe, les indices pour comprendre la mort d’Elvis résident du coté de sa mère, dont la mort est survenue près de 19 ans jour pour jour avant celle de son fils.

Comme Elvis, la santé de Gladys a décliné soudainement et rapidement dans la quarantaine. Elle a également développé son propre problème de toxicomanie, mourant alcoolique le 14 août 1958, quelques jours avant que son fils ne commence son service militaire en Allemagne.

« Gladys a toujours été dépeinte comme cette femme dont le fils est devenu célèbre, lui a acheté une grande maison et elle a juste eu du mal à faire face à tout cela et est essentiellement morte d’un cœur brisé », a déclaré Hoedel, « Mais la vérité était ailleurs. Je pense qu’Elvis et Vernon [le père d’Elvis] savaient tous les deux à quel point elle était malade avant qu’il ne parte pour l’armée ».

L’insuffisance cardiaque de Glady a longtemps été attribuée à l’hépatite, mais selon Madame Hoedel s’agirait en réalité d’un déficit en alpha-1 antitrypsine, une maladie génétique qui endommage les poumons et le foie et entraîne d’autres complications de santé.

« Les Presley étaient incroyablement secrets sur leur santé », a déclaré Hoedel,  » j’ai réussi à interroger des personnes, comme Nancy Clarke, la fille du cardiologue de Gladys, qui avait l’habitude de faire des visites au domicile des Presley avec son père. Elle a affirmé que son père lui a dévoilé qu’il y avait dans la mort de Gladys plus qu’une hépatite ».

La grand-mère maternelle d’Elvis, Doll Mansell, a souffert pendant plusieurs décennies de la tuberculose. Cependant, Hoedel prétend qu’il s’agissait probablement d’un mauvais diagnostic ; elle souffrait également d’un défaut génétique transmis de génération en génération et exacerbé par son mariage avec son cousin germain.

« Encore une fois, quelque chose qui n’a pas de sens, mais qui a continué à être transmis dans l’arbre généalogique, puis tout au long de la vie d’Elvis », a-t-elle déclaré.

« Ce livre explique comment cette tuberculose était très certainement un diagnostic erroné au début des années 1900. A partir de là, avec le mariage des cousins ​​germains, nous pouvons voir que Gladys a très probablement hérité de deux gènes endommagés et d’une version plus grave de la maladie. »

Notis©2022

Par Sidney User