Le président Donald Trump a nommé, Samedi 26 septembre 2020, la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême, mettant fin à une refonte dramatique de la justice fédérale des USA qui résonnera pendant une génération et qui, espère-t-il, donnera un coup de pouce nécessaire à sa réélection.

Barrett, juge de la 7e chambre de la cour d’appel de Chicago et fervente catholique romaine, a été saluée par les conservateurs religieux et d’autres personnes de droite comme un héritier idéologique du pilier conservateur Antonin Scalia, le défunt juge de la Cour suprême avec lequel elle a travaillé.

La juge Barrett a pris la parole lors d’une brève cérémonie à la maison blanche, le samedi 26 septembre 2020
Madame Barrett a déclaré qu’elle était “vraiment émue” par la nomination et s’est rapidement alignée sur l’approche conservatrice de la loi d’Antonin Scalia, affirmant que “ sa philosophie judiciaire est également la mienne ”.

«J’ai eu la chance d’être commis au juge Scalia. Étant donné son influence incalculable sur ma vie, je suis très ému d’avoir des membres de la famille Scalia ici aujourd’hui, y compris sa chère épouse, Maureen. J’ai été commis au juge Scalia il y a plus de 20 ans, mais les leçons que j’ai apprises résonnent encore », a déclaré Barrett.

«Sa philosophie judiciaire est la mienne aussi. Un juge doit appliquer la loi telle qu’elle est écrite. Les juges ne sont pas des décideurs politiques, et ils doivent être résolus à mettre de côté toute opinion politique qu’ils pourraient avoir », a-t-elle ajouté.

Ses éloges pour Scalia rallieront sûrement les conservateurs et la colère des libéraux alors que le Sénat se prépare à une féroce bataille de confirmation de l’année électorale.

Antonin Scalia a été nominé à la cour suprême des états unis d’amérique en 1986 sous le mandat président de Ronald Reagan et était le conservateur le plus influent de la Cour suprême.

Il était un farouche opposant aux droits des homosexuels, à la discrimination positive et au droit à l’avortement. Il croyait que l’affaire historique Roe v. Wade, qui protège le droit des femmes de se faire avorter, avait été mal tranchée.

Si la nomination de Madame Barrett est confirmée, cela donnera à la Cour suprême un coup dur à droite, puisqu’elle remplacera le membre le plus libéral de la cour, feu la juge Ruth Bader Ginsburg, décédée le 18 septembre.

Les libéraux craignent que Barrett puisse réduire la capacité des femmes à obtenir un avortement légal, car l’affaire historique Roe c.Wade en 1973 tournait autour d’un droit à la vie privée, qui n’est pas explicitement décrit dans la Constitution américaine.

Barrett remplacerait également un membre juif de la cour par un catholique pieux, portant à six le nombre de catholiques sur le banc.

La foi de Barrett jouera probablement un rôle dans ses prochaines audiences du Comité judiciaire. Elle est membre du People of Praise, une secte qui enseigne que les maris sont les “chefs de la famille”.

Les membres du “peuple de la louange divine” prêtent également un serment de loyauté, ce que certains juristes ont trouvé problématique car ils soulèvent des questions sur l’impartialité et l’indépendance d’un juge.

Notis©2020

Par Mary Maz

Crédit photo: Getty