Presque autant de demandeurs d’asile en Europe que de migrants irréguliers sont morts sur les routes désespérés vers l’Europe durant le premier semestre de l’année 2016. A ce rythme le bilan macabre de 2015, l’année la plus meurtrière pour les réfugiés, sera sans doute dépassé.
Au moins 3 034 (trois mille trente-quatre) réfugiés ont péri dans la mer Méditerranée entre le 1er Janvier et le 28 Juillet 2016, contre 1.970 dans presque la même période un an plus tôt – soit une augmentation de 54%-, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).
Au cours de l’année 2015, au moins 3.771 réfugiés ont perdu la vie en traversant la Méditerranée. Beaucoup pensent que, compte tenu des chiffres alarmants, 2016  établira un nouveau record de décès de réfugiés, compte tenu aussi de l’ignorance des appels des organisations de défense des droits de l’homme sur l’urgence de traiter humainement les réfugiés.

desparate01

L’extrême droite en Europe et aux États-Unis pèse lourdement sur le débat relatif à la protection des réfugiés et conduira probablement à des politiques plus sévères. Cette ligne dure adoptée par, notamment, la Hongrie et d’autres pays de l’UE et de l’Est est une des raisons qui ont poussé l’UE à négocier l’accord UE-Turquie. Résultat : Les frontières de l’Europe dans les Balkans ont été fermées, des dizaines de milliers de personnes sont bloquées en Grèce et beaucoup d’autres sont bloqués en Syrie parce que la Turquie, préoccupé par ses affaires internes, n’a plus d’intérêt à les laisser passer.

Notis©2016

Sources : OIM