Le paysage technologique a radicalement changé au cours de la dernière décennie. Il y a eu une augmentation notable de l’utilisation des médias sociaux et des plateformes en ligne (YouTube et Facebook, Tweeter…) et des gadgets (comme Internet, les téléphones portables et les tablettes). Dans certains endroit s et couches sociales les produits de la technologie ont atteint des niveaux d’utilisation presque saturés. Cependant, la haute technologie n’a pas reçu un accueil partout et en tout temps triomphant.

Voici  les principaux changements technologiques qui auront marqué la dernière décennie:

1 Les sites de médias sociaux sont devenus une plate-forme incontournable pour se connecter avec les autres, trouver des nouvelles et s’engager politiquement. En 2005, seulement 5% des participants d’un sondage ont dit être régulièrement sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, la part est de 72%, selon une enquête réalisée début 2019.

Les médias sociaux se sont bel et bien également implantés dans le monde entier. L’enquête mondiale réalisée au printemps 2017 – menée dans 17 économies avancées et 19 économies émergentes – a révélé qu’une moyenne de 53% des adultes dans les pays émergents et en développement utilisant les médias sociaux.

Les jeunes adultes – âgés de 18 à 29 ans -sont le groupe d’âge le plus susceptible d’utiliser les médias sociaux.

En termes de plateformes spécifiques, YouTube et Facebook sont les plateformes en ligne les plus utilisées parmi les adultes, avec environ sept sur dix déclarant utiliser chaque site. Les parts d’adultes qui utilisent Instagram et Snapchat sont beaucoup moins importantes, mais ces plateformes sont particulièrement populaires auprès des jeunes.

2 À travers le monde, les médias sociaux sont devenus un outil clé pour les militants et opposants de tous les bords. La décennie a démarré avec le printemps arabe et s’est terminée avec des manifestants tenaces à Hong Kong et ailleurs utilisant les médias sociaux pour promouvoir et organiser leurs causes. Dans certains cas, les gouvernements ont riposté en fermant Internet, tandis que les opposants à certains endroits des  militants ont organisé leurs propres campagnes sur les réseaux sociaux.

Aux États-Unis, les médias sociaux ont joué un rôle dans les principaux mouvements sociaux tels que #MeToo et #BlackLivesMatter. Par exemple, une étude sur les tweets en anglais accessibles au public a révélé que le hashtag #MeToo avait été utilisé plus de 19 millions de fois sur Twitter depuis le 15 octobre 2017 (lorsque l’actrice Alyssa Milano a tweeté exhortant les victimes de harcèlement sexuel à répondre ” moi aussi ”) jusqu’au 30 septembre 2018.

Pourtant, les gens ont exprimé des opinions mitigées sur l’impact des médias sociaux sur l’environnement politique au sens large. Environ deux tiers des personnes interrogées (64%) affirment que la déclaration «les médias sociaux aident à donner une voix aux groupes sous-représentés» décrit ces sites très ou assez bien, selon un sondage réalisée en 2018. Dans le même temps, 77% pensent que ces plates-formes distraient les gens des problèmes qui sont vraiment importants, et 71% sont d’accord avec l’énoncé «les médias sociaux pratiquent de la désinformation en diffusant des fausses nouvelles».

3 Les Smartphones ont modifié la façon dont de nombreux les gens se connectent. L’une des plus grandes tendances numériques de la décennie a été l’augmentation constante de la connectivité mobile. L’adoption des téléphones intelligents a plus que doublé depuis le début de la décennie. Les adolescents sont les plus premiers utilisateurs des smartphones: plus de neuf adolescents sur dix (95%) âgés de 13 à 17 ans déclarent posséder ou avoir accès à un smartphone, selon une enquête datant de 2018.

Les adultes sont de plus en plus nombreux à considérer leur smartphone comme le principal moyen de se connecter. Aujourd’hui, 37% des adultes américains déclarent utiliser principalement un smartphone pour accéder à Internet, contre 19% en 2013.

4 Les années 2010 ont également été la décennie qui a vu l’avènement des tablettes électroniques, qui sont maintenant utilisées par environ la moitié (52%) des adultes des pays développés.La croissance de l’utilisation des mobiles et des réseaux sociaux a suscité des débats sur l’impact du temps passé devant l’écran sur les jeunes américains – et d’autres. Plus de la moitié des adolescents (54%) pensent qu’ils passent trop de temps sur leur téléphone portable, tandis que 41% disent qu’ils passent trop de temps sur les réseaux sociaux et environ un quart disent la même chose sur les jeux vidéo, selon une enquête de 2018.

Cependant, environ la moitié ou plus des adolescents disent avoir réduit le temps qu’ils passent sur leur téléphone portable (52%), et des parts similaires disent qu’ils ont essayé de limiter leur utilisation des médias sociaux (57%) et jeux vidéo (58%).

Pourtant, les adolescents ne sont pas le seul groupe qui a du mal à équilibrer leur utilisation de la technologie numérique avec d’autres aspects de leur vie. Quelque 36% des parents d’adolescents disent qu’ils passent eux-mêmes trop de temps sur leur téléphone portable, tandis qu’une proportion similaire (39%) dit être déconcentrés au travail parce qu’ils vérifient leur téléphone portable.

5 La confidentialité et la surveillance des données sont devenues des préoccupations majeures dans l’après-Snowden. En juin 2013, Edward Snowden, alors agent de la National Security Agency, a divulgué des informations montrant que la NSA avait mené une surveillance étendue des communications en ligne et téléphoniques des citoyens Américains. Dans les années qui ont suivi les fuites, il y a eu des violations de données commerciales et gouvernementales de grande envergure, ainsi que des révélations sur la façon dont les entreprises et les gouvernements exploitent les profils de médias sociaux et d’autres sources de données pour cibler les utilisateurs.

6 La technologie mobile a contribué à créer de nouvelles entreprises et de nouveaux emplois, tout en suscitant un débat sur la réglementation des entreprises qui fournissent des services pouvant être commandés par des applications. Le covoiturage est l’un des exemples de croissance de l’économie les plus bien documentés, et de plus en plus de gens utilisent ce type de service. En plus des services de voiture, l’économie digitale a engendré d’autres nouveaux types de services, allant du partage de logements aux marchés en ligne pour les produits faits maison.

7 Le harcèlement en ligne est devenu une caractéristique assez courante de la vie en ligne, tant pour les adolescents que pour les adultes. Environ six adolescents sur dix (59%) déclarent avoir été intimidés ou harcelés en ligne, les injures offensantes étant le type de harcèlement le plus courant qu’ils ont rencontré. une proportion similaire d’adolescents (63%) considère le harcèlement en ligne comme un problème majeur pour les personnes de leur âge.

De nombreux adultes déclarent également être la cible d’une certaine forme de comportement abusif en ligne. Environ 41% des adultes ont subi une forme quelconque de harcèlement en ligne.

8 Les fausses nouvelles et la désinformation ont suscité une inquiétude croissante. La préparation de l’élection présidentielle américaine de 2016 a fait ressortir des préoccupations concernant la désinformation et sa capacité à affecter le processus démocratique. La moitié des Américains pensent que les informations inventées et la désinformation sont un très gros problème pour le pays aujourd’hui, ce qui en fait un problème urgent pour plus d’Américains que ce qui est dit du terrorisme, de l’immigration illégale, du sexisme et du racisme, selon une enquête de 2019. Quelque 68% des adultes américains disent que les informations inventées ont un impact considérable sur la confiance des Américains dans les institutions gouvernementales.

9 La discrimination fondée sur le sexe presqu’une banalité dans l’industrie des technologies. Les entreprises technologiques ont été critiquées pour leurs pratiques d’embauche et leurs cultures de travail, y compris des informations faisant état de discrimination fondée sur la race, l’ethnie et le sexe.

10 Les opinions négatives sur les entreprises technologiques sont ont le vent en poupe. Autrement dit, la proportion des personnes interrogées qui disent que ces entreprises ont un effet positif sur leur quotidien personnel et communautaire a fortement diminué.

Une enquête réalisée en 2015 aux Etats-Unis d’Amérique a montré que la majorité des adultes américains (71%) ont déclaré que ces entreprises avaient un impact positif sur le pays, contre 50% en 2019.en conséquence, environ la moitié (51%) du public a déclaré que les grandes entreprises technologiques (google, facebook…) devraient être réglementées plus qu’elles ne le sont actuellement.

Notis©2019

Par Sidney Usher