Des chercheurs ont découvert que le mur gênait la vue du gardien de but et ralentissait son temps de réaction. Les scientifiques du sport ont également trouver la formule magique du penalty parfait.

Le mur

Dans un match de football, un coup franc direct intervient quand l’arbitre siffle une faute. Si l’endroit de la faute est suffisamment proche de la surface de réparation adverse, le coup franc direct représente une opportunité de marquer. Cependant, le mur de joueurs placés cote à cote, à 10 mètres du ballon, intervient pour  rendre plus difficile l’objectif du tireur de coup franc de marquer un but. En effet, le mur se trouvant sur la trajectoire la plus courte entre le ballon et le but, une partie du but est bouchée, tandis que le gardien couvre le reste du but.

Donc pour marquer sur un coup franc direct, le tireur doit choisir, soit la puissance avec le coup de pied côté goal, soit la finesse en enroulée avec l’intérieur du pied côté mur. Ce qui n’est pas acquis d’avance!
Mais, l’efficacité  de cette technique de protection du but est aujourd’hui remise en question. En effet, selon les scientifiques du football, la vue du gardien de but est bloquée pendant environ 200 millisecondes et son temps de réaction est jusqu’à 90 millisecondes plus lent que lorsqu’il n’y a pas de mur. En conséquence, les chercheurs calculent qu’avec un mur en place, le «gardien a 13% moins de chances de réussir une sauvegarde. Et cela s’applique à tous les types de coups francs, de ceux de Gareth Bale ou Cristiano Ronaldo, descendants, à ceux qui préfèrent le plier – comme David Beckham.

La co-auteure, la professeure Cathy Craig, a déclaré: “En un mot, placer un mur défensif pourrait en fait amener le gardien de but à encaisser plus de buts.”

Le co-auteur, le Dr Joost Dessing, a expliqué: “Bien que la stratégie du mur défensif soit efficace dans certains cas, le mur obstrue fréquemment la vue initiale du gardien de but sur le ballon en mouvement. Bien que les effets négatifs de cette obstruction aient été assumés par des experts, ils n’ont pas été scientifiquement quantifiés jusqu’à présent. Notre étude montre que lorsque la vue du ballon est initialement obstruée, les gardiens de but attendent plus longtemps avant de commencer à bouger, ce qui leur laisse moins de temps pour effectuer cet arrêt important.

L’étude a révélé que l’emplacement du coup franc joue également un role. En effet, les coups francs tirés d’une position centrale représenteraient la plus grande menace pour les gardiens de but s’ils utilisent un mur.

Bien que les gardiens de but puissent prétendre “ voir ” le ballon à travers le mur des joueurs avant qu’il ne soit botté, ils ne verront probablement pas comment cette partie initiale de la trajectoire du ballon se déroule juste après le tire. Ce sont ces informations importantes dont le cerveau a besoin pour décider de la destination du ballon et du moment où il y arrivera. Le mur fait donc plus de mal que de bien au gardien.

Le pénalty

Le penalty est sifflé par l’arbitre, suite à une faute grave commise dans la surface de reparation. Il consiste en un tir accordé à l’équipe adverse, qui est effectué du point de réparation par un joueur placé face au but défendu par le seul gardien (et non le mur de joueur placés cote à côte). C’est aussi une formule appliquée pour départager deux équipes dans le cas du match nul qui ne peut être rejoué, consistant en tirs au but effectués par cinq joueurs désignés dans chaque équipe.

les scientifiques ont trouvé le meilleur moyen pour les joueurs de football de s’entraîner pour réaliser le “penalty parfait”.

Selon les dernières découvertes, attendre que le gardien de but commence à bouger et viser dans le coin opposé est une compétence qui peut être améliorée avec un entraînement.

Bien que la technique éprouvée d’Alan Shearer consistant à tirer le ballon dans le coin supérieur de la cagedu gardien puisse fonctionner parfois, les scientifiques affirment que les attaquants peuvent s’entraîner pour mieux déjouer le gardien de but.

Selon les chercheurs, des méthodes simples peuvent être utilisées pour raccourcir le processus de prise de décision des footballeurs et leur permettre de se concentrer davantage sur la précision des tirs.

Les conclusions de la dernière recherche en date, menées par le Dr Martina Navarro, chargée de cours en sciences du sport à l’université de Portsmouth, pourraient aider les tireurs de pénality:

“Un coup de pied de réparation réussi nécessite que le tireur produise une action de frappe précise et bien contrôlée et en même temps surveille le gardien de but et décide de quel côté frapper le ballon. En d’autres termes, c’est une caractéristique déterminante de la stratégie dépendante du gardien de but qu’une décision consciente soit prise lors d’un coup de pied. Cela fait de la stratégie dépendant du gardien de but une double tâche”, a-t-il déclaré.

Notis©2020

Par Sidney Usher (pour MAM)