De la combustion des calories à la stimulation du système immunitaire en passant par la lutte contre les signes du vieillissement, de nombreuses études scientifiques ont montré que la pratique régulière du sexe, non seulement est bonne pour le moral de la femme, mais aussi améliore sérieusement sa santé.

Les calories

Des chercheurs de l’Université du Québec à Montréal ont analysé 21 couples hétérosexuels âgés en moyenne de 22 ans. Les résultats ont révélé que les femmes brûlent en moyenne 69,1 calories lorsqu’elles ont des rapports sexuels pendant un peu moins de 25 minutes.

Ce nombre de calories brûle encore plus pour la femme quand elle prend les rênes, dans une position de domination.

En résumé, l’acte d’intimité sexuelle régulier est un excellent régime d’exercice quotidien.

Le système immunitaire

Une étude menée par l’Université de l’Indiana a révélé que les femmes ayant une vie sexuelle saine produisent des taux plus élevés d’anticorps, qui combattent les infections.

Les relations sexuelles régulières permettent de renforcer le système immunitaire, de lutter contre les maladies courantes, telles que le rhume, et d’avoir moins d’absence au travail pour cause de maladie.

Le sexe aide également à abaisser la tension artérielle et diminue le risque de crise cardiaque.

L’incontinence

Pour les femmes souffrant d’incontinence urinaire, ce qui est fréquent après l’accouchement, l’intégration d’une routine sexuelle peut renforcer leur plancher pelvien et améliorer le contrôle de la vessie.

Dans tous les cas, la fréquence des accouplements augmente l’orgasme des deux partenaires.

L’analgésique naturel

Les muscles génitaux, se contractant, génèrent une sensation de plaisir qui peut réduire l’inconfort des crampes menstruelles, des maux de tête et des douleurs articulaires. 

Le suivi du cycle menstruel et la planification dans un orgasme avant la première période pourrait prévenir l’inconfort paralysant.

L’insomnie

Après un orgasme, les endorphines et l’hormone prolactine sont libérées, ce qui détend le corps et l’esprit favorisant ainsi le sommeil.

La grossesse

Des chercheurs de l’Institut Kinsey et de l’Université de l’Indiana ont découvert que les femmes qui ont des rapports sexuels lorsqu’elles n’ovulent pas créent un environnement dans leur utérus qui le rend plus hospitalier à la croissance des embryons.

Cela serait dû aux orgasmes activant le système immunitaire, qui semble alors préparer les femmes à la possibilité d’une grossesse.

La santé mentale

Le contact corporel (corps à corps) libère de l’oxytocine, également connue sous le nom de «hormone câline». Cela peut réduire l’anxiété et le stress, tout en favorisant les sentiments de proximité.

Les rides

Les résultats d’une étude réalisée en 2013 ont révélé que ceux qui ont une vie sexuelle normale semblent jusqu’à sept ans plus jeunes que ceux qui ne sont pas ou peu d’activité intimes avec leur partenaire (moins deux à trois fois par semaine).

Cela serait dû à la libération d’endorphines qui stimulent la circulation et réduisent le stress, ainsi que la production d’hormones de croissance humaines, qui favorisent l’élasticité de la peau.

L’intelligence

Selon une étude publiée dans le Journals of Gerontology, les adultes sexuellement actifs obtiennent de meilleurs résultats aux tests verbaux et visuels. Cela peut être dû à la libération d’ocytocine et de «l’hormone du bonheur», la dopamine, qui sont tous deux liés à une amélioration de la fonction cognitive.

Notis©2021

Par Sherry Ross