Les orgasmes sont l’un des rares phénomènes qui résultent d’une interaction très complexe de plusieurs systèmes physiologiques à la fois.

Étudier les orgasmes n’est donc pas une tâche facile. Bien que la science ait une idée de ce que sont les orgasmes, nous ne savons toujours pas comment ils se produisent.

La fracture

Il y a une nette disparité entre les hommes et les femmes quand il s’agit d’atteindre l’orgasme; un phénomène que les scientifiques appellent « le fossé de l’orgasme ».

La nature de l’orgasme d’une femme a été une source de débat scientifique, politique et culturel pendant plus d’un siècle.

Bien qu’il puisse y avoir des raisons évolutives pour lesquelles les hommes sont plus susceptibles d’avoir un orgasme pendant les rapports sexuels, nous ne devrions pas nous cantonner à cette idée. En effet, une partie du problème réside dans ce qui se passe dans la chambre à coucher.

Nous avons tous des préférences différentes quand il s’agit de ce que nous aimons au lit. Mais un point commun que nous partageons est que nous savons quand nous avons atteint l’orgasme et quand nous n’en avons pas eu.

Nous ne jouissons pas toujours à chaque fois que nous faisons l’amour, et cela peut être très bien ainsi, parce que nous pouvons avoir des rapports sexuels pour de nombreuses raisons différentes.

Cependant, des études montrent à plusieurs reprises que les femmes atteignent le point culminant moins souvent que les hommes lors de rencontres sexuelles. Une enquête que 95% d’hommes auraient un orgasme au cours d’un rapport sexuel, alors que seulement une femme sur trois aurait atteint ce summum.

Les barrières

L’éducation formelle (l’école) nous enseigne une grande quantité de sujets pertinents, pourtant l’éducation sexuelle a été et est encore un sujet tabou (parce que moral).

Ce qu’on apprend sur les bancs c’est que l’éducation sexuelle est une affaire de la biologie de reproduction ; l’enjeu est de savoir comment ne pas tomber enceinte ou contracter des infections sexuellement transmissibles. L’accent est donc mis sur la prévention des rapports sexuels entre les enfants : «Toujours utiliser des préservatifs» est le message sexuel normatif, ce qui est réducteur.

L’éducation progressiste, elle, consiste dans l’enseignement de ce qu’est le sexe et comment s’engager dans des rapports sexuels éthiques et respectueux.

L’éducation sexuelle dans son ensemble est biaisée, parce qu’elle omet le fait que le sexe n’est pas fait seulement pour la reproduction mais aussi pour le plaisir.

Peut-être que la première chose que nous devrions apprendre sur le sexe est que c’est l’un des passe-temps favoris des adultes. Empêcher que cette idée se repende ne ferait qu’accroître la probabilité que les générations futures s’y engagent davantage, seulement avec moins de connaissances sur la façon d’en tirer le meilleur.

Le plaisir

Les statistiques ne comptent pas quand il s’agit de l’intimité des gens. Car, une fois au lit, il n’y a que deux acteurs, et c’est ce qui compte. L’un(e) ne peut pas créer ni déclencher d’orgasmes chez l’autre. Nous pouvons seulement aider à les rendre plus faciles, plus amusants et plus agréables.

Mais, même si nous pouvons avoir une bonne idée de ce que l’autre peut bien  vouloir au lit, ce que les gens aiment varie beaucoup.

Ainsi, comprendre ce que veut un partenaire, comment, quand, où et pour combien de temps nécessite de l’ouverture, de la confiance et, surtout, de la communication. Ces ingrédients clés peuvent être ce qui manque dans les rencontres occasionnelles et même à long terme.

Nous pourrions tous être plus ouverts et plus humbles, et reconnaître qu’avec une bonne attitude et un bon enseignement, tout le monde peut s’améliorer.

Les prouesses sexuelles et la capacité à satisfaire le ou la partenaire grandissent avec la pratique; il va sans dire que nos vies sexuelles devraient s’améliorer au-delà des expériences négatives du passé.

La jouissance sexuelle n’est pas une course pour grimper au sommet de la montagne. Ce qui compte, c’est le plaisir d’y arriver.

Briser le plafond de verre du plaisir sexuel nécessite un effort réciproque et mutuel. C’est un travail d’équipe. Le sexe est amusant – et tout le monde a quelque chose à apprendre à ce sujet.

Notis©2020

Par Sidney Usher

Sources : « Orgasm Gap »