“Un bel arrangement m’évoque, m’invoque, m’électrise, me rempli la tête et m’éloigne du monde. À certains moments, la sonorité de l’instrument épile mes émotions, voyage sous la surface de ma conscience. Alors, inexplicablement, je me sens si triste, mes yeux se brouillent. Puis lentement, le ton des notes musicales monte et je me sent bizarrement bien, apaisé…”

Cette citation est extraite du rapport d’une session «d’écoute profonde», une technique développée par un neuroscientifique, à partir de ses recherches basées sur le rôle de la musique dans la thérapie psychédélique. C’est une expérience immersive conçue pour améliorer la santé mentale, renforcer la conscience de soi et favoriser la relaxation.

Le Process

L’écoute profonde n’est pas la même chose que de se perdre dans une chanson ou une symphonie préférée, bien que les deux puissent profondément affecter ce que nous ressentons, en raison de la façon dont la musique agit sur le cerveau. De fait, on le sais, la Musique peut susciter des souvenirs, libérer des endorphines induisant le bonheur, nous aider à traiter les sentiments, et plus encore.

Le concept est déjà utilisé pour créer une ambiance apaisante dans certains hôpitaux, cliniques et même salles de classe.

L’écoute profonde est conçue pour être plus puissante que l’écoute occasionnelle, créant un «environnement sonore» qui peut changer positivement la façon dont nous nous voyons et voyons le monde.

Cela est possible car la recherche scientifique montre que la musique, adaptée à l’individu, peut agir sur le cerveau de la même manière qu’une drogue psychédélique. Il peut avoir des avantages positifs et immédiats pour la santé mentale – que ce soit pour les patients qui recherchent une aide clinique pour la dépression, les étudiants anxieux ou ceux qui se sentient découragés.

Le neuroscientifique Dr Mendel Kaelen est un expert de premier plan dans ce domaine émergent, a déclare : “Nous étudions comment nous pouvons exploiter le potentiel de la musique à un point tel qu’elle puisse devenir ce thérapeute, ce guérisseur, auquel les gens de compagnie peuvent accéder à tout moment pour avoir un peu plus de contrôle sur ce qu’ils ressentent et ce qu’ils ressentent, par rapport à eux-mêmes et les autres; comment la musique peut devenir cet agent de changement. »

Avant la pandémie, il y avait une liste d’attente de centaines de personnes souhaitant vivre une session d’écoute profonde dans une sale spécialement équipée, faiblement éclairée, un système audio pointu et une chaise confortable.

Aujourd’hui il existe un service numérique, via Zoom. Vous branchez des écouteurs sur votre ordinateur portable et un psychothérapeute se met à votre service. Il actionne le  capteur biométrique adapté à la musique du client. Il sait quels sons fonctionnent le mieux selon le profil du client.

Si vous voulez entrer en contact avec votre chagrin, le logiciel est configuré pour générer de la musique en fonction de vos besoins. Puis le thérapeute vous laisse faire. Vous vous allongé sur un tapis de yoga sur le sol et vous plongez dans la musique. Pendant un moment, vos émotions seront étouffées. La douleur de toute la souffrance sera là, mais vous essaierez de l’occulter. Comme beaucoup, vous continuerez de ne pas la ressentir trop profondément.

Bientôt, la musique accédera à des sentiments enfouis. Le son vous donnera l’impression d’une cuisson à feu doux. Vous n’aviez pas la conscience que cette profondeur de chagrin était en vous. Et pourtant, l’émotion n’est pas si écrasante. Sa libération est contrôlée et à mesure que la mélodie s’adoucira, vous serez submergé de fatigue, presqu’endormi. Puis elle remonte, discordante, pour laisser la place à une certaine anxiété. La musique changera à nouveau. À la fin de la session de 60 minutes, vous aurez parcouru toute la gamme des émotions ou finalement aboutir à un sentiment à la fois de fatigue et de calme.

L’explication

L’intérêt du Dr Kaelen pour “l’écoute profonde” a commencé avec la recherche dans l’utilisation thérapeutique des médicaments psychédéliques, tels que les champignons psilocybine et l’ayahuasca. Le chercheur a trouvé fascinant que lorsque ces médicaments étaient administrés aux patients, les améliorations de la santé mentale pouvaient être immédiates et durables.

Pourtant, les médicaments psychédéliques ne semblent pas être l’élément clé qui aide les patients à se rétablir; c’est plutôt les états d’esprit qu’ils facilitent.

Les scientifiques ont réalisé que «ce n’est pas le médicament qui facilite ces résultats, mais certaines qualités dans les expériences des gens – comme la perspicacité autobiographique, ou l’accès et la libération d’émotions refoulées», a-t-il déclaré.

Pendant les effets de pointe de la thérapie psychédélique, les patients sont totalement imbibes de musique. En fait, la musique est le seul stimulant constant. « Il est devenu clair que la musique n’est pas simplement là en arrière-plan pour apporter un peu de calme et de réconfort, mais qu’elle ait un role thérapeutique actif », dit-il.

Les expérimentations du  Dr Mendel Kaelen ont révélé aucune corrélation entre l’intensité du médicament et la guérison du patient. En revanche, elles ont montré la profondeur de leur expérience avec la musique, une relation forte. «Un gars était déprimé depuis 35 ans. Il a dit que la musique avait conduit à la plus belle expérience de sa vie», a-t-il rapporté

Les Subtilités

Selon le Dr KAELEN le le résultat de cette session “d’écoute profonde” peut être subtil: «Nous avons tendance à interpréter cette idée d’expériences transformatrices comme des expériences puissantes où vous vous retrouvez en larmes et votre vie est changée, mais cela peut être subtil – cela peut être une nouvelle perspective, une reconnexion avec un souvenir ou une plus grande clarté sur un problème précis.

Ce changement perçu peut jeter les bases d’une meilleure santé mentale, car notre perspective et nos expériences influencent notre état d’esprit. En effet, en plus de l’apprentissage explicite, en rappelant des souvenirs et des connaissances sémantiques, notre cerveau apprend par expérience, ou en faisant (apprentissage implicite), par exemple, à faire du vélo ou attacher nos lacets. (…) Cela s’applique également à la façon dont nous nous percevons, à la façon dont nous construisons nos systèmes de croyance autour de notre confiance, de notre capacité d’aimer ou d’être aimé – la base pour vivre une vie épanouie. En particulier, nous sommes façonnés par des expériences à forte signification personnelle et émotionnelle. À cet effet, la musique est l’un des moyens les plus efficaces de faciliter cette expérience».

La musique peut être considérée comme une technologie transformatrice, parce que c’est une technologie qui a changé le tissu de la société, la culture et la nature humaine.

Comme le dit le Dr Kaelen, la musique peut être festive. Elle peut nous détendre, mais si nous pensons à ses rôles dans la religion, «il est probable que l’une de ses premières fonctions ait été sa capacité à changer notre conscience – à faciliter une expérience qui nous change. La Musique a un énorme potentiel pour changer la façon dont nous nous percevons et percevons le monde. »

Notis©2022

Par Sidney Usher

Sources: “Music and Psychedelic Medicine: Healing Through Sound