Le Fonds mondial pour la nature WWF (World Wide Fund for Nature) (WWF – Endangered Species Conservation | World Wildlife Fund) est une organisation non gouvernementale internationale (ONGI) créée en 1961, vouée à la protection de l’environnement et au développement durable. Dans son rapport annuel « Gagnants et perdants », le WWF tire la conclusion que le monde se dirige vers le plus grand événement d’extinction de masse depuis l’ère des dinosaures.

Au cours de la prochaine décennie, des millions de plantes et d’animaux seront poussé à tout simplement disparaitre.

Les éléphants, les ours polaires, les requins, les grenouilles et les poissons sont tous menacés selon l’organisation environnementale.

Les auteurs ont écrit dans le rapport : “Environ un million d’espèces pourraient disparaître au cours de la prochaine décennie, ce qui serait le plus grand événement d’extinction de masse depuis la fin de l’ère des dinosaures.”

Il y a actuellement 142 500 espèces sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et 40 000 d’entre elles sont « menacées d’extinction ».

Il s’agit du plus grand nombre depuis la création de la liste en 1964.

Le WWF met en garde contre une « escalade catastrophique de l’extinction mondiale des espèces » et appelle à un nouveau pacte mondial de la conservation.

L’éléphant de forêt d’Afrique fait partie des animaux les plus menacés d’extinction après que son nombre ait diminué de 86 % en 31 ans.

Les ours polaires sont également menacés en raison de la fonte rapide de la banquise de l’océan Arctique, selon le WWF.

L’ONGI affirme que l’Arctique pourrait être complètement vidé de glace d’ici l’été 2035.

La surpêche, la perte d’habitat et la crise climatique ont entraîné une réduction de 30 % de tous les requins et raies, selon l’organisation animale.

Il est à craindre que les grenouilles arboricoles et les crapauds en Allemagne ne survivent pas à l’extinction massive, la moitié des espèces d’amphibiens indigènes du pays étant actuellement répertoriées comme menacées en raison de la construction sauvage d’habitation.

La coquille de plume noble, la plus grande palourde de la mer Méditerranée, est également incluse sur la liste.

Malgré les avertissements sévères, le WWF dit qu’il y a une « lueur d’espoir » après un certain nombre de faits observés durant l’année 2021. En effet, l’organisation note que le nombre de rhinocéros indiens a augmenté au Népal, grâce à un effort de conservation appropriée et adaptée. En coopération avec le gouvernement, des mesures de protection ont été introduites qui ont vu leur nombre augmenter de 16% depuis 2015.

Le lynx ibérique a également décuplé au cours des 18 dernières années avec 1 111 animaux répertoriés en Espagne et au Portugal après avoir été au bord de l’extinction.

Un programme de réinstallation a entraîné une augmentation du nombre de gypaètes barbus dans les Alpes, avec 300 survolant la région.

Notis©2021

Par Sidney Usher