La pandémie de coronavirus a plongé 150 millions d’enfants supplémentaires dans une pauvreté multidimensionnelle – privés d’éducation, de santé, de logement, de nutrition, d’assainissement ou d’eau – selon une nouvelle étude des Nations unies.

Au niveau mondial, le nombre d’enfants vivant dans la pauvreté est monté en flèche pour atteindre près de 1,2 milliard, soit une augmentation de 15 % depuis le début de la pandémie.

L’étude – basée sur des données relatives à l’accès à l’éducation, aux soins de santé, au logement, à la nutrition, à l’assainissement et à l’eau provenant de plus de 70 pays – révèle également qu’environ 45 % des enfants étaient « gravement privés » d’au moins un des besoins essentiels dans les pays analysés avant la pandémie.

Bien que l’analyse brosse déjà un tableau désastreux, l’UNICEF avertit que la situation va probablement s’aggraver dans les mois à venir.

« La Covid-19 et les mesures de confinement imposées pour empêcher sa propagation ont plongé des millions d’enfants encore plus profondément dans la pauvreté », a déclaré Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF.

« Des familles qui étaient sur le point d’échapper à la pauvreté ont été ramenées à la case départ, tandis que d’autres connaissent des niveaux de privation qu’elles n’avaient jamais connus auparavant. Plus inquiétant encore, nous sommes plus proches du début de cette crise que de sa fin ».

Plus que des chiffres 

L’étude note que la pauvreté des enfants est bien plus qu’une valeur monétaire et que si les mesures de la pauvreté monétaire telles que le revenu des ménages sont importantes, elles ne donnent qu’une vision partielle de la situation des enfants vivant dans la pauvreté. 

Pour comprendre toute l’étendue de la pauvreté des enfants, il faut analyser directement toutes les privations potentielles, multidimensionnelles, ajoute l’étude, en soulignant la nécessité d’une protection sociale, de politiques fiscales inclusives, d’investissements dans les services sociaux, et d’interventions sur l’emploi et le marché du travail pour soutenir les familles et prévenir de nouvelles dévastations. 

« Cette pandémie a déjà provoqué la plus grande urgence mondiale de l’histoire en matière d’éducation, et l’augmentation de la pauvreté fera qu’il sera très difficile pour les enfants les plus vulnérables et leurs familles de compenser cette perte », a déclaré Inger Ashing, PDG de Save the Children.  

« Les enfants qui perdent leur éducation sont plus susceptibles d’être contraints au travail des enfants ou au mariage précoce et d’être piégés dans un cycle de pauvreté pendant des années. Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser une génération entière d’enfants devenir victimes de cette pandémie. Les gouvernements nationaux et la communauté internationale doivent agir pour atténuer le choc ».

Aggravation des inégalités 

L’étude révèle également que non seulement le nombre d’enfants en situation de pauvreté est plus élevé qu’auparavant, mais que les enfants les plus pauvres s’appauvrissent également. Certains enfants peuvent subir une ou plusieurs privations et d’autres n’en subissent aucune, c’est pourquoi le nombre moyen de privations subies par enfant peut être utilisé pour évaluer dans quelle mesure les enfants sont pauvres.  

Avant la pandémie, le nombre moyen de privations graves par enfant était d’environ 0,7. On estime aujourd’hui qu’il a augmenté de 15 % pour atteindre environ 0,85.

Dans ce contexte, les gouvernements doivent donner la priorité aux enfants les plus marginalisés et à leurs familles, a souligné Mme Fore, en appelant à une expansion rapide des systèmes de protection sociale, y compris les transferts d’argent et les allocations familiales, les possibilités d’apprentissage à distance, les services de santé et l’alimentation scolaire.  

« Faire ces investissements essentiels maintenant peut aider les pays à se préparer aux chocs futurs », a conclu la Directrice générale de l’UNICEF.

Notis©2020

Par Mary Maz

Sources :  « L’impact de la Covid-19 sur la pauvreté des enfants », par le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) et l’ONG Save the Children.