Les sales coups ou les coups bas sont aussi vieux que la politique.Partout dans le monde et à travers l’histoire, les campagnes électorales sont parsemées de dénigrements, infiltrations, diffamations et insultes personnelles.Voici quelques-unes des tactiques malsaines utilisées dans la course au pouvoir.

La farce de Trump

Dans la course pour la présidentielle américaine de novembre 2016, le candidat républicain, Jeb Bush, ayant oublié de renouveler le loyer de l’hébergement de son site Web, son rival, Donald Trump, acheta immédiatement le nom de domaine dudit site. Dès lors, toute personne tentant de visiter le site officiel de la campagne électoral de Bush est redirigée vers un site qui vante le charisme du magnat républicain. Cette farce est l’une des salves lancées par l’équipe de Trump dans la lutte pour la Maison Blanche.

Le maquillage de JFK

Avant la tenue de leur premier débat télévisé, en décembre 1960, les deux rivaux à la présidentielle américaine, John F. Kennedy et Richard Nixon,avaient convenu de ne pas mettre de maquillage sur leur visage.Mais, JFK engagea secrètement un maquilleur professionnel. Pris au dépourvu, Nixon appliqua à la hâte une poudre pas chère pour cacher les parties gênantes de son visage, cinq heures avant d’intervenir devant les caméras.

De fait, Kennedy savait que Nixon suait abondamment et se remettait de la grippe. Une panne maquillée du climatiseur du studio n’arrangea par les affaires de du candidat Nixon. Résultat, devant 70 millions de téléspectateurs, JFK avait l’air jeune et décontractée tandis que Nixon, pâle, gris et sous pression essuyait la sueur qui abondait sur son visage avec un mouchoir.

Sexe, mensonges et vidéo

Lors de l’élection générale turque 2011, des vidéos explicites montrant plusieurs dignitaires du principal parti d’opposition, le Parti d’action nationale, en plein ébat avec des femmes qui n’étaient pas leurs épouses, ont été divulgués en ligne. Cette campagne de diffamation a stupéfié les partisans de ce parti qui était un gardien autoproclamé des valeurs islamiques et la sainteté au sein de la famille… Le parti au pouvoir fut accusé de financer la page Web qui avait publié les vidéos. Ces accusations furent rejetées par Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre d’alors, qui remporta une victoire écrasante.

Le coup d’état permanent de Mugabe

En 2007, opposant au gouvernement, Pius Ncube, appela à une intervention étrangère pour chasserdu pouvoir le « mégalomaniaque, tyran et un assassin » du Zimbabwe, Robert Mugabe. Deux semaines plus tard, les médias d’Etat publièrent des photos montrant l’opposant religieux dans son lit avec une femme mariée. Malgré les suspicions sur l’authenticité de ces documents, l’opposant fut forcé de démissionner.

Le mimétisme de Ronald Reagan

En 1980, dans la dernière ligne droite vers la maison blanche, le président sortant, Jimmy Carter, devait affronter l’acteur Ronald Reagan dans un débat télévisé. L’équipe de Carter avait consigné dans un livre sa stratégie de débat.Quelques jours avant le débat, une copie du livre de Carter disparu. L’un des membres du personnel de Reagan la « trouva » et l’apporta à son patron. Reagan étudia le livre, tant et si bien qu’il savait précisément ce que Carter dirait et comment il réagirait. Une semaine plus tard, Reagan gagna l’élection présidentielle.