Après avoir a été nommée « auteure de l’année » par Waterstones pour son premier livre, « No One is Too Small » (« personne n’est trop petit »), un recueil de ses discours sur le changement climatique, la militante Greta Thunder a été désignée « Personnalité de l’année 2019 » par le magazine « Time ». 

« Pour avoir sonné l’alarme sur la relation prédatrice de l’humanité avec la seule maison que nous avons, pour avoir apporté à un monde fragmenté une voix qui transcende les clivages et les frontières, pour nous montrer à quoi cela pourrait ressembler si rien est fait, Greta Thunberg est la Personnalité de l’année », pouvait-on lire sur le site Internet du «Time » .

 La voix du futur

La militante est à l’origine du mouvement des  grèves des écoles « contre le changement climatique ». Se présentant seul en face du Parlement suédois le vendredi, la jeune fille, alors âgée de 15 ans a alors brandi une pancarte indiquant «skolstrejk för klimatet», qui se traduit par «grève de l’école pour le climat».

Depuis lors, elle est devenue le visage du mouvement des jeunes pour le climat, attirant de grandes foules avec ses apparitions lors de manifestations et de conférences au cours depuis 2018.

Des militants de longue date et des scientifiques confirmés ont salué son activisme, notamment ses discours combatifs mettant les dirigeants du monde au défi de faire plus pour arrêter le réchauffement climatique.

Le rédacteur en chef de Time, Edward Felsenthal, a déclaré: “Elle est devenue la plus grande voix sur le plus gros problème auquel la planète est confrontée cette année. Elle est venue de nulle part pour diriger un mouvement mondial.”

Greta manifestant devant le Parlement Suédois

Greta Thunder devient ainsi le plus jeune choix du magazine, Malala Yousafzai qui a terminé deuxième en 2012, derrière Barack Obama, était âgé de 15 ans.

La colère de Thunberg  dénonçant l’échec des dirigeants à garantir un avenir meilleur pour la jeune génération ont fait les gros titres, sans oubli son fameux cris : «Comment osez-vous? » prononcé à l’Assemblée générale des Nations Unies en ouverture de l’exercice 2019.

Une image de son regard menaçant sur Donald Trump lorsqu’il est entré à l’ONU est rapidement devenue viral sur les médias sociaux.

Les réactions

Les politiciens ont, dans l’ensemble, fait l’éloge de Thunberg et de son mouvement en tant que voix importante de sa génération.

L’ancien vice-président Al Gore a déclaré: “ Une brillante décision pour @TIME de choisir @GretaThunberg comme personne de l’année. Greta incarne l’autorité morale du mouvement des jeunes activistes exigeant que nous agissions immédiatement pour résoudre la crise climatique. Elle est une inspiration pour moi et pour les gens du monde entier. »

Le rédacteur en chef du « Time » a déclaré que Thunberg «représente un changement générationnel essentiel dans la culture contemporaine», ajoutant: «Elle incarne l’activisme des jeunes».

«  Au cours des 16 mois qui ont suivi sa première apparition devant le Parlement Suédois », elle s’est adressée aux chefs d’État à l’ONU, a rencontré le pape, s’est entretenue avec le président des États-Unis et a inspiré 4 millions de personnes à se joindre à la grève climatique mondiale le 20 septembre 2019, qui jusqu’à preuve du contraire est la plus grande démonstration climatique de l’histoire de l’humanité.

Présente à Madrid 11 décembre 2019, où elle s’est adressée aux négociateurs lors des pourparlers de la COP25sur le climat, Thunberg a une fois de plus accusé les dirigeants politiques et autres vendeurs d’illusions de peaufiner leurs images plutôt que de prendre des mesures contraignantes pour lutter contre le changement climatique.

«Le plus grand danger n’est pas l’inaction; le vrai danger est lorsque les politiciens et les PDG donnent l’impression que des actions réelles se produisent, alors qu’en fait presque rien n’est fait à part une comptabilité douteuse et des relations publiques factices », a-t-elle déclaré.

Notis©2019

Par Sidney Usher