Selon les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), faute de vaccin disponible, la distanciation sociale  est un élément essentiel dans la lutte mondiale contre le coronavirus.

La distanciation sociale implique d’observer une distance définie et éviter les contacts physiques, comme les câlins et les poignées de main.

Cependant, pour plus d’efficacité, la distanciation entre individus doit être accompagnée d’un lavage régulier des mains – en utilisant de l’eau chaude et du savon ou un désinfectant pour les mains à base d’alcool.

Des preuves scientifiques montre pourquoi la distanciation sociale de deux (02) mètres (ou 6 pieds) est si importante. En effet, une toux normale parcourt 68 centimètres, une distance plus courte que les 200 centimètres ou 2 mètres recommandés par l’OMS pour la distanciation sociale. Un méchant éternuement peut aller jusqu’à 100 centimètres, une distance toujours plus courte que les 2 mètres recommandés.

Cela signifie que pour plus de sécurité- éviter la contagion aérienne- vaut mieux adopter la distanciation de plus d’un mètre que l’espace de deux mètres  met généralement en dehors de la plage de projection des gouttelettes émise lors d’un éternuement.

La barrière de la distanciation est également soutenue par plusieurs études  épidémiologiques, où les expériences montrent que la distanciation sociale est efficace pour diminuer l’étendu de la reproduction du virus. Le nombre de reproduction est le moyen par lequel l’infection virale est évaluée – sur la base du nombre moyen de personnes qui deviennent des individus infectés par un autre individu infecté.

Par exemple, si 25% de la population pratiquent la distanciation sociale et réduisent le nombre de contacts étroits de 50%, cela peut, dans des conditions idéales, diminuer le nombre de reproduction virale d’environ 20%.

Lorsqu’une personne malade tousse ou parle, des particules virales peuvent s’échapper de sa bouche ou de son nez et atteindre le visage d’une autre personne. Ces gouttelettes infectées peuvent être inhalées par la bouche ou le nez, mais elles peuvent également entrer dans un autre corps par les yeux.

Une personne saine peut également être infectée en touchant quelque chose qui contient le virus – comme une table ou une poignée de porte – puis en touchant ses yeux, sa bouche ou le nez.

Pour soutenir la distanciation sociale, de nombreuses personnes se souviendront du navire de croisière mis en quarantaine au large du port de Yokohama au Japon, en février 2020. La première enquête détaillée sur le navire de croisière a indiqué que les principales voies de propagation de l’infection à coronavirus étaient les surfaces et la proximité les systèmes de contact, mais pas le système d’aération  à distance ou de climatisation. En d’autres termes, il est essentiel de mettre l’accent sur l’éloignement social et la désinfection des surfaces.

Une recherche très intéressante a montré que le virus ne se propage pas à travers les larmes. Pour le prouver, les chercheurs ont prélevé des échantillons de larmes, ainsi que l’arrière du nez et de la gorge de patients atteints de coronavirus. Alors que les larmes des patients étaient exemptes de virus, leur nez et leur gorge regorgeaient de COVID-19.

Malgré ces nouvelles rassurantes-les larmes peuvent contaminer la tristesse, pas de virus- il est important que de savoir que la protection de nos yeux – ainsi que de nos mains et de notre bouche – peut ralentir la propagation d’un virus respiratoire, aussi dangereux que le coronavirus.

Notis©2020

Par Sidney Usher

Sources:

* «Dispersion de l’air expiré pendant la toux avec et sans port d’un masque chirurgical ou N95» (la Bibliothèque publique des sciences,)

* «Modeling to Inform Infectious Disease Control» by Becker.