Une cathédrale allemande a déterré sa collection de reliques liées à la Sainte Corona, le mécène -symbole de la résistance aux épidémies.

La pandémie catastrophique du Covid-19 aurait boosté l’intérêt du public pour le martyr chrétien, qui aurait été tué par les Romains sous le règne de Marc-Aurèle il y a environ 1800 ans.

La fête de Sainte Corona à lieu tous les 14 mai.

Origines

Coïncidence ou non, il existe bel et bien un martyr chrétien largement vénéré en tant que saint vers lequel se tourner en période de peste et de violentes tempêtes. Dans le nord de l’Italie, l’Autriche et le sud de l’Allemagne de nombreuses églises et chapelles sont dénommées Sainte-Corona. Dans ces régions, plusieurs pèlerinages lui sont consacrés.

Selon une source officielle, le martyr chrétien aurait été tué par les Romains il y a environ 1 800 ans. Cependant, d’autres sources affirment que les saints Victor et Corona (également connus sous le nom de Victor et Stephanie) sont deux martyrs chrétiens qui ont été tués en Syrie romaine sous le règne de Marc-Aurèle (170 après JC).

En fait, certains textes religieux ne sont pas d’accord sur le lieu de leur martyre, certains déclarant qu’il s’agissait de Damas, tandis que des sources coptes affirment qu’il s’agissait d’Antioche. Certaines sources occidentales affirment qu’Alexandrie ou la Sicile était leur lieu de martyre. Mais quel que soit l’endroit où ils ont été martyrisés, ils sont morts dans des conditions horribles.

Selon la légende, Sainte Corona ou Stephanie était, à l’âge de 15 ans, l’épouse d’un soldat romain. Les Romains avaient arrêté un soldat romain appelé Victor, l’accusant d’être chrétien. Les soldats lui ont coupé les doigts, lui ont crevé les yeux et l’ont décapité. Stéphanie, ayant assisté à toute cette souffrance de son époux, a crié à haute voix en l’appelant béni et en disant qu’elle a vu deux couronnes, une pour lui et une pour elle-même.

Elle a été prise par les soldats romains et attachée à deux troncs de palmiers qui avaient été pliés au sol et quand ils l’ont fouetté, son corps a été déchiré en morceaux.

Les principales reliques de St Corona se trouvent dans la basilique des Saints. Victor et Corona à Feltre, une ville montagneuse de la province de Belluno dans la région de la Vénétie dans le nord de l’Italie, l’une des premières régions à avoir été mise en quarantaine en raison de la pandémie de COVID-19.

Préparatifs

Avant le début de l’épidémie en Chine, en décembre 2019, la cathédrale d’Aix-la-Chapelle, située près des frontières de l’Allemagne avec la Belgique et les Pays-Bas, avait prévu d’afficher le sanctuaire de Saint Corona pendant l’été 2020, dans le cadre d’une exposition sur l’artisanat local.  

On ne sait pas quand le public pourra désormais voir les reliques en raison des restrictions strictes sur les rassemblements qui ont été imposées pour aider à lutter contre la propagation du virus.

Mais les experts nettoient minutieusement le sanctuaire d’objet faits d’or, de bronze et d’ivoire, qui a été caché, à l’abris des voyeurs depuis plus 25 ans, en prévision du moment où il pourra être exposé. 

“Nous avons sorti le sanctuaire un peu plus tôt que prévu et nous nous attendons maintenant à plus d’intérêt en raison du virus”, a déclaré la porte-parole de la cathédrale d’Aix-la-Chapelle, Daniela Loevenich.

Les reliques elles-mêmes, qui sont dans un récipient spécial scellé et inviolable dans le sanctuaire, ne seront pas touchées. Le sanctuaire ne sera pas exposé en permanence car il est trop grand. “Le sanctuaire de St Corona est si grand qu’il ne pourra entrer dans aucune de nos vitrines”, a déclaré à domradio.de Birgitta Falk, responsable du trésor.

Les reliques, apportées à Aix-la-Chapelle par le roi Otto III en 997, ont été conservées dans une tombe sous une pierre de la cathédrale jusqu’en 1911-12, date à laquelle elles ont été placées dans le sanctuaire, qui mesure 93 centimètres de haut et pèse 98 kilogrammes.

La cathédrale catholique romaine d’Aix-la-Chapelle, construite par l’empereur Charlemagne au IXe siècle, est l’une des plus anciennes d’Europe.

Charlemagne y a été enterré en 814 et a ensuite été utilisé pour le couronnement des rois et des reines allemands.

La cathédrale a souligné que Saint Corona est la patronne de la résistance à toutes les épidémies, et pas seulement au virus pandémique.

Il se trouve que le coronavirus a reçu son nom car, au microscope, il ressemble à un globe avec de petits globules, ressemblant à une couronne.

En latin, corona signifie couronne ou guirlande.