Globalement les dictatures sont rares aujourd’hui comparativement au passé. Il est difficile aujourd’hui de justifier l’existence d’une dictature, en partie parce que l’ensemble du globe est dans l’œil des médias. Par conséquent, on est en droit de penser que les quelques dictatures, considérées comme telles par les médias occidentaux, ont peu de jours devant elles. En effet, personne ne peut dire qu’un pouvoir répressif est une solution aux problèmes économiques. Les bailleurs de fonds se montrent impatients face aux jeunes États qui s’enfoncent dans la spirale d’une crise économique interne. Ils suscitent des coups d’État militaires censés remettre ces pays dans une direction plus positive pour le bien-être des citoyens.

dictatormap-map-sized

Cependant, il y a encore des dictatures qui ne présentent aucun signe de fissuration. Il s’agit de régimes qui ont perfectionné l’art de la dictature. Par exemple, certains gouvernements du Moyen-Orient et en Afrique sont devenus des dictatures durables, parce qu’ils ont à leur disposition des ressources naturelles suffisamment riches pour tenir contre vents et marrées.

En Afrique, des ressources comme les diamants, le pétrole et les minéraux sont certes des sources de l’instabilité du continent, mais certains gouvernements, qui se moquent du pluralisme démocratique et du bien-être de leurs citoyens, s’en servent pour corrompre, y compris les institutions internationales. Dans le Moyen-Orient, la communauté internationale ne se préoccupe guère de savoir si tel ou tel régime est démocratique ; ce qui compte à ses yeux se résume en un seul mot : « stabilité ».

dictatorstenslide

En réalité des démocrates occidentaux ne sont pas intéressés par l’idée de promotion démocratique universelle. Leur objectif primordial est de mettre en œuvre le programme politique pour lequel ils ont été élus par les électeurs de leur pays ; le bien-être des autres est un objectif lointain. Dans de telles conditions, les dictatures, au sens académique du terme, ne vont pas disparaitre du jour au lendemain.

Dictature à visage humain

Contrairement à la croyance populaire occidentale, toutes les dictatures ne débouchent pas sur le chaos et la misère, et tout le monde ne veut pas vivre dans une démocratie de type académique.

Une mauvaise démocratie pourrait être pire qu’une dictature à visage humain. Il n’y a aucune preuve que le désir de liberté et de démocratie soit propre à la nature humaine.

Tant que la qualité de la vie reste élevé et que les gens sont autorisés à vivre leur vie comme ils le souhaitent, les citoyens peuvent être complètement heureux sous une dictature. Certains deviennent même nostalgiques d’un régime jugé autoritaire. En d’autres termes, la fin de toutes les dictatures ne serait pas idéale pour tout le monde.

Tant que le dirigeant qualifié de dictateur, fait l’effort sincère d’éviter les pièges inhérents à ce mode de gouvernance et prend des mesures favorisant le bien-être de ses concitoyens, alors la dictature devient tout simplement une autre approche de diriger un pays, du moment qu’elle valorise d’abord l’ordre en premier lieu.

Les hommes ont le droit de préférer la sécurité et la stabilité à la liberté. C’est aussi un droit fondamental. “J’aime mieux commettre une injustice que de souffrir un désordre”, disait Johann Wolfgang von Goethe.