Passer trop de temps assis chaque jour peut entraîner une mort prématurée, selon une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Université Simon Fraser, dans la région de Vancouver, au Canada.

Cette équipe a découvert que les personnes qui passent une grande partie de leur journée assises sont particulièrement exposées aux accidents cardiovasculaires ou susceptibles de mourir de la maladie.

Le temps de la position assise a partout augmenté  ces dernières années, en grande partie à cause de l’accessibilité croissante des technologies, comme les ordinateurs et les téléphones intelligents.

Evolution in the workplace

Les modes de vie sédentaires sont la cause de nombreux problèmes de santé à travers le monde, y compris les tendances à la hausse de l’obésité et du diabète, particulièrement aux États-Unis et dans toute l’Europe.

Sédentarité  

«La réduction du temps de sédentarité associée à l’augmentation de l’activité physique pourrait être une stratégie importante pour alléger le fardeau mondial des décès prématurés et des maladies cardiovasculaires», écrit l’équipe de recherche dans l’étude.

Les chercheurs ont recueilli des données auprès de 105 000 personnes vivant dans 21 pays, sur une période  moyenne de 11 ans. La question principale a portée sur le temps moyen qu’une personne passe assise chaque jour, que ce soit à cause du travail ou d’autres choix de mode de vie.

Ils ont comparé les taux de mortalité -toutes causes confondues- et de maladies cardiaques en fonction du temps passé assis par jour. La sédentarité de moins de quatre heures par jour a été utilisée comme référence. Ce  type de mode de vie, semblerait le plus actif dans l’ensemble, même si l’individu se repose peu pendant ses heures de veille quotidiennes.

Les chercheurs ont découvert que ceux qui passaient environ quatre à six heures par jour assis étaient en fait légèrement moins susceptibles de développer une maladie cardiaque et avaient un taux de mortalité « raisonnable ».

En revanche, les personnes qui passent plus de temps assis chaque jour sont confrontées à de réels problèmes.

Dans les pays développés, quelqu’un qui reste assis six à huit heures par jour a un risque de mortalité légèrement accru, et il y a une augmentation de dix pour cent (10%) du risque pour ceux qui restent assis plus de huit heures par jour.

Cependant, le risque de mortalité augmente vraiment pour les personnes vivant dans les pays en développement.

Une personne qui passe six à huit heures assise chaque jour est 20 % plus susceptible de mourir de quelque cause que ce soit, tandis qu’une personne qui reste assise plus de huit heures par jour présente un risque de mortalité toutes causes confondues de près de 25 %.

Des tendances similaires ont été constatées pour les maladies cardiaques, les personnes des pays à faible revenu étant plus susceptibles de souffrir de la maladie que leurs pairs des pays plus développés.

Mobilité

Les chercheurs ne croient pas que la position assise soit le seul facteur en jeu ici, car ce que les gens font du temps qu’ils ne sont pas assis est également important.

« Une question importante de pertinence pour la santé publique dans ce domaine est l’association conjointe du temps assis et de l’activité physique« , ont-ils écrit.

«Cela suggère qu’il est peu probable que la réduction du temps passé en position assise seule permette d’obtenir des avantages optimaux pour la santé sans augmenter l’activité physique. Nos résultats soutiennent les directives actuelles qui encouragent à « s’asseoir moins et bouger plus » pour une meilleure santé. »

Malheureusement, les choses vont dans la mauvaise direction. Par exemple aux États-Unis, plus de quatre emplois sur cinq sont considérés comme « inactifs », le nombre d’emplois non physiques ayant bondi de 80 % entre 1950 et 2019, selon un rapport paru dans le magazine « Forbes ».

Le poste de col blanc moyen (cadres et assimilés), qui exige presque toujours un travail inactif en position assise, dure de 9 h à 17 h, sur une journée de travail de huit heures. Cette durée ne prend pas en compte. Ce timing ne prend pas en compte le temps du trajet, qui est d’environ une heure aller-retour pour quelqu’un qui ne travaille pas à domicile.

Cela signifie que la seule journée de travail place une personne au-dessus de la barre des huit heures jugée la plus à risque par les chercheurs.

Est également exclu le temps de la position assise à la maison, car de nombreux travailleurs  passent leurs heures libres à regarder la télévision tout au long de la journée, ce qui augmentera leur temps sédentarité quotidienne.

Ces modes de vie sédentaires, déjà été liés aux épidémies d’obésité, de diabète et aux maladies cardiaques sont la principale cause de décès chez les cadres supérieurs, moyens, assimilés et généralement tous les employés « scotchés » quotidiennement à leur chaise de travail pendant plus de quatre heures.

Notis©2022

Par Sidney Usher

Source : « Association of Sitting Time With Mortality and Cardiovascular Events in High-Income, Middle-Income, and Low-Income Countries »

 ()