Frederik Willem de Klerk, l’ancien président de l’Afrique du Sud, s’est excusé pour la “douleur et les dommages” causés par l’apartheid dans une sombre vidéo publiée après sa mort, annoncée à la mi-journée du 11 novembre 2021.

De Klerk, qui a supervisé la transition de l’apartheid à un pays multiracial et a partagé le prix Nobel de la paix 1993 avec Nelson Mandela, est décédé d’un cancer du poumon à l’âge de 85 ans à son domicile du Cap après avoir été diagnostiqué en mars 2021.

De Klerk a assuré sa place dans l’histoire lorsque, le 2 février 1990, il a annoncé la libération de Mandela de 27 ans de prison et a levé l’interdiction des mouvements de libération du peuple noir, déclarant effectivement « la mort du régime de la minorité blanche ».

Mais l’ancien président a admis qu’il avait soutenu l’apartheid, ou le «développement séparé» dans ses premières années et pendant son mandat de député dans les années 80 avant que ses idéaux ne changent.

« Je suis souvent accusé par les critiques d’avoir continué d’une manière ou d’une autre à justifier l’apartheid ou ‘’le développement séparé’’, comme nous avons préféré l’appeler plus tard. Il est vrai que dans ma jeunesse, j’ai défendu un développement séparé », déclare De Klerk malade dans la vidéo.

«Par la suite, à plusieurs reprises, je me suis excusé auprès du public sud-africain pour la douleur et l’indignité que l’apartheid a infligées aux personnes de couleur en Afrique du Sud. Beaucoup m’ont cru mais d’autres non. »

“Je m’excuse sans réserve pour la douleur et la blessure, l’indignité et les dommages que l’apartheid a causés aux Noirs, aux Métisses et aux Indiens de l’Afrique du Sud”, a déclaré De Klerk.

De Klerk était une figure controversée en Afrique du Sud, car beaucoup l’ont critiqué pour la violence contre les Sud-Africains noirs et les militants anti-apartheid pendant son mandat, tandis que certains Blancs considéraient ses efforts pour inaugurer une démocratie post-apartheid comme une trahison.

Le porte-parole de la Fondation FW de Klerk a confirmé le décès de l’ancien président à son domicile de Fresnaye, au Cap, dans un communiqué publié dans la matinée du 11 novembre 2021.

“C’est avec la plus profonde tristesse que la Fondation FW de Klerk doit annoncer que l’ancien président FW de Klerk est décédé paisiblement à son domicile de Fresnaye plus tôt ce matin à la suite de sa lutte contre le cancer du mésothéliome.”

Le président, qui a servi de 1989 à 1994, laisse dans le deuil son épouse Elita, deux enfants Susan et Jan et plusieurs petits-enfants.

La Fondation Nelson Mandela a réagi à l’annonce de la mort de De Klerk dans un communiqué publié plus tôt dans la journée, affirmant que l’ancien président “sera à jamais lié à Nelson Mandela dans les annales de l’histoire sud-africaine”.

« L’héritage de De Klerk est important. C’est aussi une situation inégale, quelque chose avec laquelle les Sud-Africains sont appelés à prendre en compte en ce moment », ajoute le communiqué en référence aux efforts de De Klerk pour démanteler l’apartheid mais au refus de rendre pleinement compte de la violence horrible qui a eu lieu sous le gouvernement dont il avait la direction.

Notis©2021

Par Sidney Usher