L’empreinte carbone totale de la Coupe du monde au Qatar serait de 3,6 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalant des émissions cumulées sur une année d’un pays comme l’Islande. Les Jeux olympiques de Rio en 2016 auraient enregistré une empreinte carbone similaire.

Mais, selon Greenly, une organisation indépendante spécialiste de la mesure de l’empreinte carbone, cette comparaison est biaisée, car la pollution liée à la coupe du monde 2022 est largement sous-estimé.

L’empreinte des infrastructures

Huit stades ont été prévus et réalisés, dont un seul existait avant que le Qatar ne soit désigné hôte du tournoi : le Khalifa International Stadium, construit en 1976 – le seul stade non climatisé de la compétition. Un autre stade sera complètement démantelé à la fin de la compétition.

Selon l’Ong écologique, « Carbon Market Watch », la construction des six nouveaux stades permanents a généré une empreinte carbone 8 fois supérieure à l’estimation de la FIFA. Au total, le chiffre réel approcherait 1,6 million de tonnes de CO2e contre 200 000 tonnes qui ont été calculées sur la base que les stades seraient utilisés pendant 60 ans de compétitions sportives.

Même si le système de climatisation installé est 40 % moins énergivore – car alimenté par l’énergie solaire – ces stades à ciel ouvert ne peuvent être refroidis qu’avec une quantité d’énergie considérable (difficilement quantifiable également). De plus, le système de climatisation, testé deux mois avant le début de la compétition a été défaillant.

De nombreuses constructions périphériques ont été construites pour soutenir ce développement, notamment des routes, de nouveaux hôtels (dont beaucoup de luxe), des complexes commerciaux et des parcs à thème. En l’absence de données précises, bien qu’il soit difficile de quantifier leur empreinte carbone et leurs dépenses énergétiques pendant et après l’événement, force est de constater que le secteur de la construction est l’un des secteurs les plus polluants au monde. En 2014, il représentait 6 % de l’empreinte carbone mondiale.

L’empreinte du transport

Selon les projections, le voyage en avion des 1,2 million de supporters vers les pays du Golfe persique pour la Coupe du monde pourrait s’élever à environ 2,4 millions de tonnes de CO2. A cette masse carbonique, il faut ajouter les 160 navettes quotidiennes entre Doha et ses villes voisines pour transporter les spectateurs vers et depuis les sites sportifs – l’équivalent d’environ 1 avion toutes les 10 minutes.

En supposant que ces vols soient opérés avec des Airbus A320 d’une capacité de 150 passagers et occupés à 75% de leur capacité (l’occupation moyenne pour un vol traditionnel), 160 allers-retours entre Doha et Dubaï représenteraient 2160 tonnes de CO2. Rempli à 100%, il reviendrait à 2880 tonnes, soit 83 520 tonnes de CO2 sur les 29 jours de compétition.

Par ailleurs, on sait peu de choses sur la situation du transport des 32 délégations attendues pour assister à la Coupe du monde, surtout si elles préfèrent utiliser des jets privés plutôt que des vols réguliers. Un jet privé émet en moyenne 5 à 14 fois plus de CO2 qu’un vol commercial régulier.

L’empreinte numérique

La Coupe du Qatar devrait attirer environ 3,2 milliards de téléspectateurs, un chiffre similaire à celui de la précédente Coupe du monde en Russie en 2018.

Selon le rapport de la FIFA, ce dernier a enregistré plus de 34,66 milliards d’heures de visionnage. Cependant, il est important de noter que la production d’électricité nécessaire au fonctionnement des téléviseurs est également une source d’émissions de CO2, lorsque cette production implique l’utilisation d’énergies fossiles.

Selon Total Energies, la consommation électrique moyenne d’un téléviseur LCD est de 0,1 kWh par heure de visionnage, tandis que l’intensité carbone moyenne mondiale de l’électricité est de 475 gCO2e/kWh. Les experts estiment que l’empreinte carbone de la seule radiodiffusion et des activités connexes sera de l’ordre de 1 à 2 millions de tonnes de CO2.

Notis©2022

Par Sidney Usher

Sources : « Qatar 2022 gas accounting report »