Un bébé qui éclate en larme (en public ou en privé) attire naturellement tous les égards. Mais un adulte qui pleure sur le lieu du travail ne fera qu’aggraver sa situation. Cela a été confirmé par une série d’expérimentations.  Les chercheurs ont demandé à environ 1000 personnes leur impression sur l’image d’une personne en pleure dans un décor de bureau. La question était la suivante : « Si votre patron vous demande de travailler sur un important projet, accepteriez-vous de le réaliser avec cette personne ? »

Les réponses ont été massivement négatives. La plupart des participant ont répondu « je l’approcherais pour savoir si elle a besoin d’aide, mais je n’aimerai pas travailler avec une telle personne sur un projet important ».

« Il semble que les gens qui pleurent sont considérés, en général, comme des personnes moins compétentes », a déclaré Niels van de Ven, professeur agrégé en marketing à l’Université de Tilburg aux Pays-Bas et l’un des auteurs de l’étude. « Nous n’avons pas donné les raisons qui ont poussé les gens à pleurer, mais ces pleures ont donné une mauvaise perception sur leur compétence», a-t-il précisé

Le mystère

Savoir pourquoi les adultes pleurent est un mystère pour le monde des scientifiques depuis des siècles. Une théorie semble poindre selon laquelle les pleurs sont des signaux d’une incapacité à faire face à une situation donnée. « Les larmes sonnent comme un spectacle ou une mise en scène pour attirer de l’aide».

crying0

De fait, plusieurs études ont montré que les larmes attirent l’attention ou la curiosité des voisins. Mais cette nouvelle étude est novatrice en ce sens qu’elle montre que les effets des larmes ne sont pas tous positifs et peuvent dépendre du contexte.

La compétence

« Le poste de travail est certainement un endroit où pleurer ne semble pas vraiment être apprécié. Le travail est un cadre où tout est généralement basé sur la compétence », a dit van de Ven.
Du reste, le bureau n’est pas l’endroit le plus populaire pour pleurer. En effet, selon un sondage, 74% des gens estiment que le domicile est le dernier endroit où ils ont versé des larmes, alors que seulement 6% ont déclaré avoir pleuré au travail ou à l’école.

Notis©2016