Nous pouvons être en train de marcher dans la rue ou tout calmement dormir, lorsque soudainement une sensation traverse notre corps, produisant un petit saut, un changement de démarche, un saut en avant et/ou en arrière. C’est la Danse.

Phénomène émergent 

A divers moments, la danse émerge pour nous transporter vers une nouvelle conscience sensorielle.

La danse est une impulsion qui nous traverse. Elle nous lie à nous-mêmes et nous relie au monde extérieur. Ça touche. Ça libère. Ça calme. Ça soigne

Bien que de telles émergences puissent être spontanées, nous pouvons aussi nous exercer afin de mieux l’appréhender. Mais, cette préparation, loin de nous renforcer, accroît notre vulnérabilité.

La danse apprise nous incite à bouger avec plus de facilité, d’aisance et de dynamisme dans les schémas qu’elle impose. Elle nous invite à recevoir des élans d’énergie ponctuels en lien avec des trajectoires diverses et variées.

Les êtres humains dansent parce que la danse est humaine. La danse n’est pas une activité accidentelle ou superflue dans laquelle un individu décide de s’engager ou non. La danse est essentielle à notre survie en tant qu’êtres humains.

Sans la moindre capacité de marquer le temps, de le recréer, sans la capacité d’invoquer des impulsions, les humains ne seraient pas capables d’apprendre à ressentir et à répondre aux exigences de leur bien-être, au même titre que la nourriture, les idées, les environnements.

La danse est essentielle au rythme du devenir corporel par lequel les personnes deviennent ce qu’elles sont.

Universalité limpide

La danse est dans chacun et tout le monde. Il n’y a pas d’échappatoire. Vous ne pouvez pas dire que vous ne pouvez pas le faire, ne le faites pas ou ne le ferez pas.

Les seules questions qui s’imposent sont : « comment danses-tu? » ; « Comment vas-tu danser? » ; «  Sous quelles influences? » ; «  avec quelle inspiration? » ; « Pourquoi avez-vous arrêté de danser? »

La «danse», en tant que terme, n’a aucun contenu. Ce n’est pas intrinsèquement quelque chose – ni bon ni mauvais; utile ou nuisible. Il n’y a pas de technique ou de forme paradigmatique. Il n’y a pas une ‘ »essence » de la danse, et il n’y a pas une forme unique par laquelle la danse s’impose à tout le monde.

Cependant, cette façon de penser la danse offre des ressources suffisantes pour comprendre la signification et l’efficacité de tout phénomène émergent qui apparaît quelque part où se trouve un être humain.

Toute tradition ou technique de danse, tout ensemble d’exercices ou de régimes d’entraînement, représente une collection d’impulsions de mouvement qu’une personne ou un groupe de personnes a reçu, recréé et mémorisé.

Toute tradition ou technique de danse représente des schémas de mouvement  qu’un groupe de personnes utilise comme expression de certaines valeurs – tribu ou tradition, plaisir ou compétence, communauté ou divinité, ciel ou Terre.

La danse est donc intrinsèquement relationnelle. La danse en tant que technique ou tradition aide les gens à apprendre à bouger de manière à mieux vivre.

Conclusion

Nous dansons parce que nous le pouvons. Parce que la danse est ce que nous sommes. Parce que la danse est une réponse avant d’être une expression corporelle. Parce que la danse est l’avenir, ce que nous avons le potentiel ou le désir ou le besoin d’être.