Le géant de l’informatique, Microsoft, a récemment affirmé publiquement -sur son site officiel – que son système d’exploitation, Windows 7, est « dépassé » et fonctionne sur une base de sécurité précaire. La société a clairement laissé entendre que sa plateforme ne peut plus supporter les « exigences accrues de sécurité » des appareils modernes.

Ce « aveu d’impuissance » a été critiqué par certains experts es sécurité informatique, qui rappelle Microsoft à son engagement d’assurer le bon fonctionnement de son système d’exploitation jusqu’en 2020.

Difficultés de migration

Les techniciens de Microsoft ont souligné que de nombreuses entreprises ont eu du mal à abandonner Windows XP, alors que le support à ce système d’exploitation avait pris fin en 2014. Pour cette raison, la société a conseillé aux entreprises qui utilisent encore Windows 7 de commencer à planifier leurs migrations vers Windows 10, le plus rapidement possible. De cette façon, lorsque le support à cette plateforme s’achèvera en 2020, ces utilisateurs feraient l’économie des mêmes problèmes de transition.

Les problèmes qui ont surgi au cours de la fin de Windows XP sont, notamment, un manque de sensibilisation sur les risques de sécurité encourues par les ordinateurs fonctionnant sous ce système et une certaine réticence des particuliers à utiliser des appareils plus récents.

La familiarité de l’ancienne plate-forme a permis à Microsoft de conserver sa popularité au-delà la durée de fonctionnement normalement prévue.

Pour ce qui est des entreprise, les problèmes ont découlé principalement des incompatibilités de logiciels. Certains programmes plus anciens sur lesquels les entreprises comptaient ne pouvaient soudainement plus fonctionner sur les nouvelles versions de Windows. Les pilotes de périphéries se sont avérés également problématiques. Le matériel hérité de la précédente version ne fonctionnait souvent pas correctement sur des plates-formes plus modernes.

Tout comme avec XP, le système d’exploitation Windows 7 est bien considéré et reste populaire auprès des utilisateurs. C’est donc aux mêmes difficultés de transition que seraient confrontés les consommateurs finaux et les entreprises s’ils ne s’éloignent de Windows 7 avant la fin de sa prise en charge par Microsoft. Les problèmes de compatibilité pourraient également se reproduire, bien que Windows 10 puisse généralement exécuter la plupart des logiciels qui fonctionnent sous la version 7.

Intentions douteuses

Cet « abandon précoce » a été critiqué par des experts en sécurité informatique. Selon ces derniers, il n’y a aucune raison pour les internautes de quitter le navire Windows 7 aujourd’hui et demain. Ils interprètent les revendications de la société Microsoft comme une tentative pour augmenter le nombre de migrations vers Windows 10.

Certains experts sont allés plus loin en suggérant que Windows 10 est en fait moins sécurisé que Windows 7. C’est le cas de l’expert allemand, Günter Born, qui a publié une réponse à l’article de Microsoft sur son blog. Born a cité une étude récente de la division CERT de Carnegie Mellon qui présente en détail les éléments montrant que Windows 10 est moins sécurisé que Windows 7 dans certaines situations.

Windows 7 associé au logiciel de sécurité, Microsoft EMET, offrirait une meilleure protection que Windows 10, selon cette étude. Pourtant, dans ses documents commerciaux, Microsoft dit qu’une meilleure utilisation, en toute sécurité de Windows 10 ne nécessite pas l’adjonction du module EMET.