“Respect” est une fiction autour de la vie d’Aretha Franklin, diva dont la voix a donné forme à l’intégrité de la Musique Afro-Américaine. Joliment monté et parfaitement agencé – Jennifer Hudson joue à la reine – le film est un portrait solide, aseptisé et toujours poli. Les images s’enchaînent au rythme de titres familiers de la discographie gigantesque de la musicienne, de “The Electrifying Aretha Franklin” à “Laughing on the Outside”, “Spirit in the Dark” en passant par “Get It Right”.

La trame dramatique est conforme à l’arc classique du biopic : l’artiste commence humblement ; atteint des sommets (artistiques, commerciaux, peut-être les deux) ; subit un revers (mauvais amants, addiction) ; retrouve la force pour monter encore plus haut…

Jennifer Hudson joue la vie d’Aretha Franklin

Pris dans son ensemble, le film – réalisé par Liesl Tommy à partir d’un scénario de Tracey Scott Wilson – ne vous tiendra pas fermement, même s’il a des moments qui susciteraient une certaine transe. Tout d’abord, il a fallu s’occuper des préliminaires standard, notamment l’enfance d’Aretha, avec ses tensions crépitantes et ses tourments prudemment assourdis. C’est une histoire qui a déjà été racontée, notamment par le biographe de Franklin, David Ritz. Dans la version de Liest Tommy, cette vie est souvent floue, et généralement arrosée -plutôt que trempée- de larmes. A vrai dire, cela semble presque rasant de regarder la jeune Aretha (Skye Dakota Turner) errer dans la maison de sa famille tard dans la nuit, souriant et saluant les fêtards qu’elle appelle « Oncle Duke » (comme à Ellington) et « Tante Ella » (Ms. Fitzgerald). C’est sûr, Liest Tommy, metteuse en scène qui fait ses débuts au cinéma, manie avec assurance le matériau et ses nombreux éléments basique du genre.

“Respect” ouvre ses portes à Detroit en 1952, où la jeune Aretha vit avec ses frères et sœurs sous l’œil sévère de leur père, C.L. (Forstt Whitaker). Maitre de cérémonie baptiste légendaire et ami de Martin Luther King Jr. (Gilbert Glenn Brown), C.L. règne sur sa maison familiale et religieuse avec une hauteur imposante et un tempérament imprévisible. Son épouse (Kimberly Scott) s’occupe également sévèrement de la « tribut ». Leur mère biologique, Barbara (Audra McDonald), une figure quasi- sainte, s’est séparée de son mari et vit ailleurs, mais tient clairement le cœur d’Aretha.

Tout le monde dans “Respect” a l’air bien sinon trop parfait. Les pièces semblent habitées et les acteurs se sentent investis, pas plus que Mary J. Blige, qui, en tant que Dinah Washington, met brièvement le feu au film. Curieusement, la confrontation musicale entre Aretha et Dinah est empruntée à celle que Washington eut sur scène avec Etta James. C’était peut-être pour donner du jus au film, car le match Areta-Dinah ne tint pas toutes ses promesses, au demeurant.

Le film « Respect » semble avoir réussit à faire exactement ce qu’on attendait. Vous pouvez contester tel ou tel choix de tournage et regretter ses bords trop lisses, mais cela vous donne une idée d’Aretha Franklin en tant que personnage historique, une histoire à succès croisée et une diva drapée de fourrure à plein régime. Aretha Franklin vous donne sa musique, avec sa passion et sa puissance, son lyrisme et son âme.

Longtemps après qu’elles soient tombées dans le calme plat du silence, ce sont des chansons qui vous illuminent – avec des sentiments, des souvenirs – lorsque vous les entendez. Vous chantez avec elle dans votre tête et, après le générique, vous continuez à les chanter (et à les ressasser, les assassiner).

Une ligne dans l’un des livres de Ritz sur Franklin met en lumière les défis de la transposition de sa vie compliquée à l’écran : “La douleur est restée silencieuse dans tous les domaines sauf la musique, où, magnifiquement”, a écrit Ritz, “elle a formé une voix qui a tout dit.” Le film a du mal à gérer ce calme, et même lorsque Hudson prend le relais, le personnage reste désespérément vague. Elle est brumeuse plutôt que mystérieuse, peut-être parce que pendant trop longtemps elle dérive plutôt que de suivre sa propre voie.

Quand Aretha Franklin entre chez Columbia Records, escortée par son père, c’est une question sans réponse ; la perplexité ne fait que s’approfondir lorsque C.L. ordonne à Aretha de se lever et de virevolter pour faire plaisir d’un directeur de disques qui semble surpris. Les choses s’améliorent considérablement une fois qu’Aretha, devenue adulte, s’assoit avec quelques musiciens de studio et commence à élaguer les chansons qu’elle reconstruira, découvrant «sa vraie voix ».

Hudson est une présence à l’écran profondément attrayante ; c’est un plaisir de la voir entrer dans une pièce. Elle ne ressemble pas ou ne ressemble pas à Franklin, mais elle gère le rôle avec confiance et avec une voix musicale pure qui tient plus que la sienne. Elle ne se sent jamais possédée par Aretha, même lorsqu’elle vous fait osciller rythmiquement sur votre siège. Pourtant, Hudson gère également ce que font les chanteurs mémorables : elle vous transporte, vous entraîne à ses côtés et vous emmène, haut et loin. C’est agréable, car, même si cela parait par intermittence, Aretha Franklin apparait devant vous. Elle est décédée en 2018 à 76 ans et sa vie a été remplie d’agonies que le film semble soucieux d’atténuer ou d’ignorer, comme si la profondeur de sa douleur et sa crudité pouvaient ternir son héritage. C’est dommage mais cela n’endommage pas le film, qui trouve un « groove » agréable qui fait vaciller et triompher à nouveau Aretha Franklin.

Aretha Franklin

En fin de compte, c’est la musique et l’amour pour Aretha Franklin qui incitent à aller et continuer de regarder ce film. Avec son océan de sentiments, les chansons d’Aretha Franklin ont déjà fait leurs effets. Ils sont entrés dans nos corps et nos âmes, notre ADN culturel et personnel, devenant une partie de la bande son de la culture universelle.

Notis©2021

Par Sidney Usher