Le monde est en proie à une crise de la malnutrition alimentée par l’obésité et la famine. L’édition 2016 du Rapport Mondial sur l’Alimentation constate que tous les pays sont confrontés à un «problème de santé publique grave» lié à la malnutrition. Après l’examen de la situation alimentaire de 129 pays, les experts ont découvert qu’une personne sur trois souffre de malnutrition, qui tend à devenir la «nouvelle normalité».

La redéfinition

La malnutrition est une maladie grave qui se produit lorsque le régime alimentaire d’une personne ne contient pas d’élément en bonne quantité pour mener une vie normale. Traditionnellement  la malnutrition désigne des gens qui ne disposent pas d’aliment suffisant pour se nourrir. Mais selon le nouveau rapport, il faut désormais y inclure des centaines de millions de personnes qui sont sous-alimentés parce qu’ils sont en sur-poids avec trop de sucre, de sel ou de cholestérol dans le sang et déficients en vitamines ou minéraux importants.

nutrition05

Selon le Professeur Corinna Hawkes, qui a co-présidé la recherche, les résultats du rapport montrent la nécessité d’une «redéfinition » de la notion de sous-alimentation. Cette épidémie vous concerne si vous êtes trop mince, si vous ne grandissez pas assez vite … ou si vous êtes en sur-poids ou si vous avez du sucre sanguin élevé, ce qui conduit au diabète » a-t-elle dit à la presse.

Bien que des progrès aient été accomplis pour réduire le nombre d’enfants qui meurent de faim et ceux qui ont un retard de croissance, les auteurs du rapport affirment qu’il existe un «défi mondial stupéfiante» causée par la flambée des niveaux d’obésité.

La morbidité

Non seulement la malnutrition est responsable de près de la moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans, mais aussi, elle est la principale cause de la morbidité dans le monde.

En termes socio-économiques, 11% du produit intérieur brut des pays africains et asiatiques est perdu chaque année à cause de la malnutrition, selon le rapport.

Dans les ménages américains où une personne est obèse, un supplément de 8% du revenu s’ajoute aux coûts de soins de santé de la famille.

En Chine, un diagnostic du diabète conduit à une perte de revenu de 16%.

«Peu de défis auxquels la communauté mondiale est aujourd’hui confrontée sont équivalents à l’ampleur de la malnutrition, une condition qui affecte directement une personne sur trois personnes dans le monde», insiste le rapport.

Le déficit

Après avoir examiné les budgets de plusieurs pays, les auteurs du rapport ont constaté que, en moyenne, seulement 2% des dépenses sont affectées à la réduction de la faim et/ou mauvaise alimentation, tandis que les allocations des donateurs aux programmes de nutrition sont plafonnées à 1 milliard $, ce depuis plusieurs années.

«Nous sommes loin d’avoir terminé la lutte contre la malnutrition, » a déclaré le professeur Corinna Hawkes, co-président du rapport.

Tous les gouvernements et les ONG ont aussi à faire face aux menaces liées à la nutrition que sont les maladies non transmissibles et l’obésité. Résoudre le problème de l’alimentation, c’est aussi améliorer la santé et le développement mondial.