Mory Kanté, la super star de la « World Musique » est décédé à l’hôpital ce vendredi 22 mai 2020 dans la capitale de la Guinée, Conakry, à l’âge de 70 ans.

Selon son fils, Balla Kanté, sa mort serait le résultat de problèmes de santé non traités. “Il souffrait de maladies chroniques et se rendait souvent en France pour se faire soigner, mais ce n’était plus possible avec le coronavirus”, a-t-il déclaré à l’AFP. “Nous avons vu son état se détériorer rapidement, mais j’ai quand même été surpris parce qu’il avait traversé des périodes bien pires auparavant”, a-t-il ajouté.

Kanté est le dernier musicien africain de premier plan, à la date du 22 mai 2020, à décéder, après la mort de Manu Dibango, Tony Allen et Idir.

Musicien avant-garde

Né dans une célèbre famille de “griots” – musiciens et conteurs ouest-africains – Mory Kanté a commencé la musique à seulement l’âge de sept ans, lorsqu’il fut envoyé au Mali pour apprendre à jouer de la kora, une harpe africaine. Dans les années 1970, il rejoint le groupe légendaire du Mali, « le Rail Band de Bamako », se produit aux côtés de Salif Keita et devient le chanteur principal après le départ de ce dernier. Son succès international a pris son envol en 1988 avec la sortie de son album « Akwaba Beach », qui comprend le fameux tube « Yéké Yéké ». Des millions d’exemplaires de Yéké Yéké ont été vendus et Akwaba Beach est devenu l’album africain le plus vendu de l’époque.
Mory Kanté appartenait à une génération de musiciens africains d’avant-garde qui ont osé créer de nouveaux sons. Né et élevé dans la culture traditionnelle ouest-africaine Mandigue et la religion musulmane, il a trouvé un son unique en mélangeant sa kora avec de la musique électronique.

Outre sa stature musicale, Mory Kanté était également  Ambassadeur de bonne volonté d’organisations internationales, comme l’Unicef, la FAO, le HCR. A ce titre il a été impliqué dans diverses causes humanitaires en Afrique et en Europe de l’Est.

Notis©2020

Par Mary Maz