L’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (EASA) a publié sur son site Web de nouvelles lignes directrices destinées aux aéroports et compagnie aériennes. Les nouvelles règles, énoncées dans un document de 28 pages, changeront radicalement le paysage du monde du voyage aérien.

Ces lignes directrices ont été accueillies avec soulagement par la majorité des compagnies aériennes.  Les compagnies EasyJet et Ryanair, notamment, ont déclaré que les nouvelles mesures constituaient une étape positive vers l’autorisation des voyages et du tourisme internationaux après avoir été obligées d’immobiliser un grand nombre d’avions en raison de la pandémie.

Ces mesures devraient être adoptées par tous les Etats membres de l’UE. Cependant, les autres organismes de régulation des voyages aériens seraient en train d’élaborer un ensemble de directives similaires pour les compagnies aériennes et les aéroports de leur région.

Voici les principales lignes directrices émises par l’organisme de sécurité aérienne de l’UE :

En vertu des nouvelles mesures de l’Agence de la sécurité aérienne de l’Union européenne (EASA), toute personne qui ne voyage pas ou ne travaille pas dans un aéroport ne sera pas autorisée à l’intérieur du terminal, ce qui signifie que les voyageurs devront dire au revoir à leurs proches à l’extérieur.

Une fois à l’intérieur, les voyageurs devront également prendre des précautions, comme porter des masques,  se laver les mains et suivre «l’étiquette respiratoire», c’est-à-dire se couvrir le visage en éternuant ou en toussant. Quiconque ne respecte pas les règles risque d’être expulsé de l’aéroport.

Les voyageurs doivent également observer des mesures physiques de distance en se tenant à au moins 1 mètre des autres, avec des marquages ​​au sol placés pour montrer aux passagers où se tenir.

Dans le cas où de telles mesures de distanciation ne sont pas possibles, les règles de l’AESA stipulent que l’aéroport devrait augmenter d’autres mesures, telles que l’hygiène des mains.

L’AESA a déclaré que les aéroports devraient organiser des cabines d’entretien pour toute personne dont la température est supérieure à 38 ° C lors du dépistage, mais a reconnu que la température n’est pas une mesure particulièrement efficace pour repérer le virus, et que les cabines agiraient par ce procédé comme un moyen de dissuasion.

Les autres mesures dans les aéroports prescrivent que tout le personnel porte des masques protecteurs et les remette à tous les passagers qui n’en ont pas. En outre, les agents aéroportuaires devraient se revêtir la tête d’écrans en plastique aux comptoirs de contrôle et aux zones de contrôle de sécurité. Tout le personnel de sécurité portera des masques et pourrait également porter des écrans protecteurs lors des vérifications corporelles.

Les règles relatives aux bagages à main pourraient devenir encore plus strictes dans le but de réduire le temps d’embarquement et le risque d’infection aux portes des aéroports. Les passagers pourraient se voir proposer des incitations à prendre moins d’effets par devers eux et ne plus bénéficier de tarifs réduits pour le stockage des bagages en soute.

D’autres modes de transport impliqués dans le transport aérien, tels que les bus-navette (à destination et en provenance de l’avion), devrait être encore plus utilisés que par le passé, selon la recommandation de l’EASA, qui souhaite réduire la surpopulation dans les aéroports.

À bord, les avions seraient désinfectés entre tous les vols, et l’organisme de l’UE a demandé aux compagnies aériennes de moderniser les systèmes de filtration de l’air pour nettoyer l’air dans la cabine.

Les passagers seront tenus de porter des masques pendant le vol et devraient être mis à la poubelle toutes les quatre heures. Cela signifie que sur les vols plus longs, les passagers devront échanger leurs masques contre de nouveaux.

Afin de réduire le nombre de personnes utilisant les toilettes à bord et donc de faire la queue dans, l’AESA a recommandé de réduire les services de restauration et toutes autres prestations sans lien directe avec le vol.

À l’arrivée, les passagers pourraient être soumis à un contrôle thermique. A cet effet, les compagnies aériennes ont été invitées à fournir aux autorités sanitaires une « carte de localisation des passagers » si nécessaire à des fins de recherche des contacts, qui fournirait des détails sur le nom des passagers, le numéro de siège et les coordonnées.

Les règles de l’AESA ne prévoient pas de période de quarantaine pour les arrivées ni l’utilisation de « passeports d’immunité ».

Notis©2020

Par Sidney Usher