Si vous n’êtes pas sûr du dynamisme du paysage financier, en général, et du contenu du plan de sortie de crise promis par les autorités publiques, en particulier, ce guide peut vous aider à remettre votre petite entreprise sur les rails.

1. Évaluer les dommages financiers

La première étape dans l’élaboration d’un plan de reconstruction consiste à déterminer à quel point votre petite entreprise a été affectée par l’arrêt de ses activités.

Si vous n’avez pas mis à jour vos états financiers, tels que les états des profits et pertes ou des flux de trésorerie, récemment, il est utile de le faire maintenant. Vous pouvez ensuite les comparer aux chiffres de l’année dernière pour voir à quel point votre entreprise serait financièrement en panne.  En effet, même si seul un petit pourcentage (3%) de propriétaires d’entreprises déclare avoir profité de la pandémie, il est possible que les dommages ne soient pas aussi graves que vous le pensez.

Mis à part les chiffres réels concernant les ventes, les bénéfices et les flux de trésorerie, essayez de découvrir d’autres point faible que la crise aurait mis en évidence. Par exemple, si vous avez dû licencier une partie ou la totalité de vos employés, vous devrez en tenir compte dans votre plan de relance. Si vous avez réduit votre budget publicitaire et de marketing ou si certains de vos clients ont migré vers des concurrents, ce sont des éléments dont vous devrez tenir compte lorsque vous identifierez les ressources financières nécessaires à la relance de la machine.

2. Revoyez votre business plan

Votre entreprise a peut-être parfaitement fonctionné avant la crise, mais à la sortie, vous devriez peut-être effectuer quelques ajustements. Plus précisément, vous devrez peut-être réfléchir à la manière dont votre entreprise peut pivoter pour s’adapter à la nouvelle donne. Par exemple, si vous dépendiez auparavant du compte du transport du personnel -la circulation piétonne vers un emplacement physique pour les ventes (centre commercial, centre ville, centre portuaire…)- vous devrez peut-être envisager une extension numérique pour accueillir le plus grand nombre de personnes qui font leurs achats depuis leur domicile. Vous pourriez faire appel aux services de mentorat à distance, ainsi qu’au webinaires gratuits qui traitent des problèmes spécifiques lié à la crise.

Il est également utile d’analyser comment votre secteur d’activité dans son ensemble a été affectée par la crise mondiale. Lorsque vous regardez vos concurrents et le secteur d’activité dans lequel vous exercez dans son ensemble, faites attention aux tendances et concentrez-vous sur la recherche des opportunités. Être en mesure de trouver une lacune ou un besoin que votre entreprise peut combler ce  qui a été négligé jusqu’à présent. Cette vision panoramique pourrait être essentielle pour reconquérir et élargir votre clientèle à l’avenir.

Lorsque vous passez en revue votre plan d’affaires, indiquez clairement les forces et les faiblesses de votre entreprise. Ensuite, regardez ce qui fonctionnait auparavant qui pourrait ne pas fonctionner aussi bien maintenant et voyez où vous pouvez vous ajuster ou vous améliorer pour rester compétitif.

Enfin, n’oubliez pas de revoir vos objectifs commerciaux pour vous assurer qu’ils sont réalistes, compte tenu des circonstances actuelles. Par exemple, vous avez peut-être défini un objectif de revenus cibles pour l’année qui devra être revu à la baisse pour tenir compte du frein que le COVID-19 a pu mettre sur vos ventes.

3. Déterminez si vous aurez besoin de fonds

À moins que vous ayez une grande quantité d’argent en caisse avant la pandémie, il est probable que vous ayez besoin d’un fonds de roulement pour relancer vos opérations commerciales.

Lorsqu’il s’agit de financer votre petite entreprise pendant une période de reconstruction, plusieurs options sont à considérer. Il existe quelques programmes de prêt qui peuvent aider à renflouer la caisse. Le programme de protection des salaires, par exemple, est conçu dans certains pays pour fournir du financement aux petites entreprises qui ont du mal à conserver leurs employés pendant la crise. Les prêts en cas de catastrophe économique peuvent également aider au financement à court terme si vous avez besoin d’argent pour autre chose que la fidélisation des employés.

Cependant, le défi avec ces deux programmes est que le financement est limité. Il est tout à fait possible que le financement soit épuisé avant que votre demande de prêt ne soit examinée. Pour cette raison, il est important de considérer d’autres sources de financement pour les petites entreprises.

Chaque option peut avoir des avantages et des inconvénients. Le financement des comptes clients et le financement par avances de fonds aux commerçants, par exemple, peuvent être pratiques, et aucun des deux n’a besoin d’un crédit en bonne et due forme pour être accessible. L’un ou l’autre pourrait être utile pour financer votre entreprise à court terme.

Mais ils exigent tous deux que vous ayez quelque chose à exploiter, c’est-à-dire des factures en suspens et des ventes par carte de crédit, respectivement.

Si les ventes sont lentes ou inexistantes, vous pourriez avoir du mal à obtenir un prêt. Des options de financement alternatives comme celles-ci peuvent également avoir des taux de pourcentage annuels effectifs beaucoup plus élevés que d’autres types de prêts aux petites entreprises.

Si vous envisagez un financement pour aider à la reconstruction, n’oubliez pas que l’emprunt peut être compétitif, car les prêteurs veulent avoir l’assurance que les prêts peuvent être remboursés. L’examen de vos cotes de crédit commerciales et personnelles, ainsi que de vos données financières commerciales et personnelles, peut vous aider à évaluer vos chances d’obtenir une approbation de financement.

4. Réorganisez votre budget

À la suite de la pandémie de COVID-19, vous devrez peut-être dépenser de l’argent avant de pouvoir en gagner d’avantage.

Par exemple, vous devrez peut-être dépenser pour embaucher et former de nouveaux employés ou pour réengager ceux que vous avez dû mettre à pied. Il peut être nécessaire de reconstituer le stock et vous devrez peut-être augmenter à nouveau votre budget publicitaire pour commencer à créer un nouveau « buzz ».

Dans le cadre de la relance post-crise, vous devriez avoir une idée claire de ce que vous devez budgétiser et de ce que vous pouvez réduire pour tirer le meilleur parti des revenus que vous avez. L’objectif est d’éliminer le gaspillage et faux frais afin d’obtenir un budget de fonctionnement le plus allégé possible. De cette façon, vous aurez la possibilité d’investir au cas où  la croissance serait de retour.

5. Développer un calendrier de relance

Vous pouvez avoir plusieurs choses dont vous avez besoin ou que vous voulez faire pour récupérer le temps perdu, mais tout faire à la fois peut ne pas être réaliste. Ce qui peut aider, c’est d’avoir un calendrier à suivre qui priorise d’abord vos actions les plus importantes.

Par exemple, votre objectif immédiat peut être d’obtenir du financement pour votre entreprise. Une fois que vous avez fait cela, vous pouvez définir un calendrier de réembauche des employés, puis réapprovisionner le stock et, enfin, rouvrir vos portes si votre petite entreprise était fermés à la suite des mesures prises pour freiner la pandémie.

Lorsque vous prenez des mesures individuelles, n’oubliez pas de suivre vos progrès. Cela est particulièrement important si vous avez obtenu des capitaux pour financer votre entreprise, car vous n’avez pas intérêt à perdre de temps sur des activités qui ne procurent pas un solide retour sur investissement.

6. Créez un plan d’urgence

Bien que la pandémie de coronavirus puisse sembler être un événement unique, la réalité est qu’une urgence peut survenir à tout moment pour perturber votre petite entreprise. Utiliser ce que vous avez appris au cours de la pandémie du covid19 pour vous préparer à la prochaine crise peut vous aider à protéger votre entreprise des chocs futurs.

Par exemple, la constitution d’épargne en espèces liquide peut être une priorité pour votre entreprise si vous ne disposiez que de peu ou rien de réservé avant le début de la pandémie. Vous pouvez choisir de vous concentrer sur le remboursement de votre dette et de réduire les dépenses non essentielles pour contrôler votre budget. Ou vous devrez peut-être trouver des moyens d’aider votre personnel à travailler plus efficacement pour réduire les coûts d’exploitation.

La pandémie vous a peut-être aussi appris une chose ou deux sur l’importance de pouvoir adapter et garder votre entreprise fluide afin de pouvoir raisonnablement traverser les tempêtes. Par exemple, si vos employés n’avaient pas la possibilité de travailler à distance auparavant, c’est quelque chose que vous pourriez intégrer dans votre mode de fonctionnement à l’avenir.

Plus vous pensez en dehors des sentiers battus pour vous préparer au pire des scénarios, mieux c’est. Avoir un plan B (et même un plan C, D, E et F) peut aider à améliorer les chances de survie de votre entreprise et, éventuellement, de prospérer à nouveau – pendant les périodes financières difficiles.

Notis©2020

Par Mary Maz