Les femmes ont désormais moins d’enfants qu’il y a 70 ans, mais la population continue d’augmenter dans plus de la moitié des pays du monde. C’est la principale information que révèle une étude détaillée, qui compte des milliers de pages, parue sur le site du journal « The Lancet ». L’énorme rapport donne un aperçu de la population humaine dans les pays du monde entier.

Selon cette vaste compilation de statistiques sur les pays où les femmes ont le plus et le moins d’enfants dans le monde, Chypre aurait le taux de natalité le plus bas, les femmes n’ayant en moyenne qu’un enfant, alors que les mères nigériennes en Afriquedonnent naissance à sept enfants chacune en moyenne.

Les experts affirment que dans certains pays on assiste à des «booms» de la petite enfance, alors que d’autres pays sont dans une situation de «faillite» en la matière, soulignant que les facteurs liés à l’éducation et à l’emploi réduisent les taux de natalité.

Les faibles taux de fécondité des femmes ne reflètent pas uniquement l’accès et la disponibilité des services de santé efficaces. En effet, beaucoup de femmes choisissent de retarder ou d’accoucher, afin mieux assurer l’éducation de leurs enfants  et préserver leur carrière professionnelle.

Une croissance à deux vitesses

La croissance de la population mondiale s’est accélérée ces dernières années : Entre 1997 et 2007, il y a eu une augmentation de 81,5 millions de personnes chaque année, alors qu’entre 2007 et 2017, cette augmentation a atteint 87,2 millions de personnes par an.

La plupart (80%) des naissances ont lieu dans des pays pauvres. Seulement 14% de la population mondiale vit dans un pays à revenu élevé, tel que l’Europe occidentale ou l’Amérique du Nord.

Outre le Niger, le Mali, le Tchad et le Soudan du Sud, l’Inde, le Pakistan, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et Haïti figuraient parmi les 104 pays où le taux de natalité est suffisamment élevé pour entraîner un boom démographique.

Aux antipodes, les femmes des pays riches et développés ont généralement moins d’enfants – les mères à Singapour, en Norvège et en Corée du Sud font partie des pays où le taux de natalité moyen est inférieur à deux enfants par femme.

Le Top 10 des pays fertiles

Niger (7,1 enfants par mère)

Tchad (6.7)

Somalie (6.1)

Mali (6.0) Afghanistan (6.0)

Soudan du Sud (5.9)

Burkina Faso (5.4)

Burundi (5.3)

Ouganda (5.2)

République Dem. du Congo (5.1)

Angola (5.1)

Nigeria (5.1)

Les principales causes de décès

*Maladie cardiaque: Ouzbékistan, Ukraine et Azerbaïdjan sont les pays qui ont le plus haut taux de décès par cette maladie. En revanche, Corée du Sud, Japon et France sont les pays les taux de décès suite une maladie cardiaque sont les plus bas.

*Troubles néonatals: République centrafricaine, Pakistan et Mali enregistrent les plus hauts taux de décès par cette maladie. En revanche, Singapour, le Japon et l’Islande sont les pays où le risque de décès par cette maladie est relativement faible.

*AVC: Îles Marshall, Papouasie-Nouvelle-Guinée et Monténégro sont les pays où le décès par un accident cardiovasculaire est fréquent, contrairement  à la Suisse, la France et Singapour

*Infections respiratoires: République centrafricaine, Îles Salomon et Tchad sont les pays qui ont le plus haut taux de décès suite à une infection respiratoire. En revanche, Autriche, Finlande et Macédoine sont les pays où le risque de décès par cette maladie est relativement faible.

*Maladies liées à la diarrhée: République centrafricaine, Tchad et Sud-Soudan sont touchés par cette épidémie, contrairement au Monténégro, la Biélorussie et l’Estonie.

*Décès par accident de la route: République centrafricaine, Somalie et Émirats arabes unis sont les pays où les décès par des accidents de la route sont fréquents, contrairement  à la situation en Suisse, Singapour et Suède.

Notis©2018

Par Mary Maz