Une femme ou un homme bien élevé est avant tout quelqu’un qui le parait. Ce souci de l’apparence transparaît dans l’expression de « bonne tenue », qui peut prendre différents noms -élégance, distinction, charme, goût, chic-. Mais quel que soit le nom qu’on lui donne, la bonne tenue obéit à quatre principes fondamentaux :

1- L’hygiène

Pour être présentable, il faut être propre. Rien n’excuse la saleté, le négligé ou le laisser-aller.

Cette propreté « physique » trouve son pendant dans une certaine propreté « morale ». On ne « salit » pas la bouche avec des mots grossiers, des sujets scabreux, sexuels ou relevant de la médisance. On exclut toute attitude ouvertement séductrice : pas de regard langoureux, de position lascive.

2. L’harmonie

L’harmonie consiste en l’art de mettre ensemble ce qui s’accorde bien. Une personne élégante doit savoir marier les différents éléments de sa tenue, mais aussi harmoniser sa tenue avec son physique ou son âge ainsi qu’avec le moment de la journée, le lieu dans lequel elle se trouve et l’activité qu’elle exerce.  

Même chose en ce qui concerne le langage qui doit, lui aussi, s’accorder à l’âge et au statut.

L’harmonie prime sur toute considération esthétique. Même « la mode » ne peut en avoir raison : elle n’est qu’un critère indicatif qu’il faut savoir moduler en fonction de son âge, de son physique et des circonstances.

3. La discrétion

Paradoxalement, la discrétion est un des fondements de la distinction. Comme le disait la baronne Staffe : « Une femme n’a vraiment de charme que si, par sa toilette et ses manières, elle cherche à passer inaperçue. » Ainsi, une personne distinguée n’abusera pas des couleurs vives, préférera les vêtements de coupe simple, se maquillera légèrement, portera peu de bijoux, ne sera ni maniérée ni affectée dans ses gestes ou ses propos… en un mot, ne cherchera en aucun cas à être « voyante ».

4. Le maîtrise de soi

Avoir « un bon maintien », la maîtrise de soi ou le « self-control », c’est donner sans cesse l’impression qu’on contrôle son corps, ses sentiments et son langage.

Une personne qui garde le maintien :

*ne « s’affale » pas sur un siège, mais s’y assoit doucement, et bien droit ;

* évite les gestes désordonnés, les rires énormes et les manifestations organiques intempestives ;

* marche tranquillement, à pas réguliers, sans traîner les pieds ni tortiller son bassin ;

* s’efforce de sourire et de rester calme en toutes circonstances ;

* attend d’être en privé pour manifester sa joie.

* s’exprime dans un langage correct: pas de fautes de syntaxe, de barbarismes ni d’expression régionales ou populaires.

Un bon maintien doit aussi permettre de dissimuler les partie intimes de son corps : une femme doit limiter la profondeur de ses décolletés ou serrer les genoux en s’asseyant… un homme ne doit pas faire saillir ses muscles sous des pull-overs trop collants, exhiber sa virile pilosité par une barbe de trois jours ou une chemise mal boutonnée…

Malheureusement (ou heureusement), ces quatre principes fondamentaux de « la bonne tenue » ne font plus recette dans un monde en vrille, sans valeurs ni saveur.

Notis©2019

Par Sidney Usher