Quand le marchand vénitien, Marco Polo, arriva en Chine, à la fin du XIIIe siècle, il y vit de nombreuses merveilles: charbon, poudre à canon, lunettes et porcelaine, notamment. Cependant, la chose qui l’a le plus frappé est l’invention mise au point et vulgarisée en 1260 par Kublai Khan, petit-fils d’un grand conquérant chinois.

Invention

Polo ne pouvait en croire ses yeux lorsqu’il découvrit ce que faisait Khan:

Il utilisait l’écorce d’un certain arbre, en fait du mûrier, dont les feuilles sont issues d’arbres si nombreux que des quartiers entiers en étaient pleins. Khan extrait de ces arbres  une peau fine blanche qui se trouve entre le bois de l’arbre et l’écorce extérieure épaisse qui ressemble à une feuille de papier. Une fois ces feuilles préparées, elles sont découpées en morceaux de tailles différentes.

Toutes ces feuilles de papier sont émises avec autant de solennité et d’autorité que si elles étaient d’or ou d’argent pur; et sur chaque pièce, une variété de fonctionnaires devaient écrire leurs noms et mettre graver leurs sceaux sur ce papier.

A la fin du processus, l’officier en chef nommé par le Khan y apposait le cachet qui lui avait été confié, et l’imprimait sur le papier, de sorte que la forme du cachet restait gravée en rouge sur celui-ci; l’argent était alors authentique. Quiconque le forgerait hors de ce réseau était puni de mort.

Autorité

Ce dernier point est pertinent, car Le problème avec beaucoup de nouvelles formes d’argent est que les gens sont réticents à les adopter. Le petit-fils du conquérant nommé Gengis n’a pas eu cette difficulté. Il prenait des mesures pour assurer l’authenticité de sa monnaie et, si vous ne l’utilisiez pas – si vous ne l’acceptiez pas en paiement ou si vous préfériez utiliser de l’or, de l’argent, du cuivre, du fer, des perles, du sel, des pièces de monnaie ou autres moyens de paiement les plus anciens en Chine – il vous faisait tuer ! Cela a résolu la question de la fraude et de l’autorité.

Marco Polo avait raison de s’émerveiller. Les instruments du commerce et de la finance sont des inventions, au même titre que les créations d’art et les découvertes de la science sont des inventions, des produits de l’imagination humaine. Le papier-monnaie, adossé à l’autorité de l’État, était une innovation étonnante qui a révolutionné le monde.

C’est difficile expliquer: nous nous habituons à la façon dont nous payons nos factures et sommes payés pour notre travail, à la danse des chiffres dans nos soldes bancaires et nos relevés de carte de crédit. Ce n’est que lorsque le système flambe que nous commençons à nous demander pourquoi ces choses valent ce qu’elles valent.

Diversification

La crise financière déclenchée en 2008 ()a provoqué un mouvement massif de panique lorsque des représentants de l’ensemble du système financier se sont demandé si les chiffres figurant au bilan des sociétés signifiaient ce qu’ils étaient supposés vouloir dire. En réponse directe à la crise, Satoshi Nakamoto, a publié en octobre 2008 le livre blanc décrivant l’idée du Bitcoin, une nouvelle forme de monnaie reposant uniquement sur le pouvoir de la cryptographie.

La quête de nouvelles formes d’argent a été ouverte par Nakamoto. En juin 2019, Facebook a dévoilé « la Balance », une monnaie mondiale qui s’inspire de l’architecture du Bitcoin. L’idée est que la valeur de la nouvelle monnaie ne découle pas de l’imprimatur de tout État, mais d’une combinaison de mathématiques, de connectivité mondiale et de la confiance qui règne dans le plus grand réseau social du monde.

C’est le plan. Mais, sst-ce sécuritaire? Comment savoir ce que valent les « libras » ou les « bitcoins », ou s’ils valent quelque chose? Les acolytes de Satoshi Nakamoto tourneraient immédiatement ces questions et demanderaient: Comment savez-vous ce que vaut l’argent dans vos poches?

Notis©2019