Les enfants ne sont pas les seuls à ne riens comprendre aux impôts, taxes et autre prélèvement sur le patrimoine des particuliers. Les adultes, pourtant bien instruits, voire les agents comptable expérimentés, eux aussi, sont des «nuls » en matière d’impôts. A preuve, le nombre d’erreurs manifestes relevées chaque année par l’administration fiscale sur les déclarations.

Par conséquent, il n’est jamais trop tôt de commencer à parler de taxes avec les tous petits. De fait, si les parent renâclent à aborder le sujet, c’est parce qu’ils se sentent mal à l’aise vis-à-vis de l’impôt : Personne n’aime payer les impôts, sauf Noah !

L’attitude des parents vis-à-vis de l’impôt affectera forcément le civisme (ou la fronde) de leurs enfants. Par conséquent, au-lieu d’être bourru pendant la période des déclarations fiscales, les contribuables devraient garder leur calme et expliquer à leur progéniture que «l’impôt n’est pas mauvais en soi ». Malgré les problèmes administratifs, un pays ne peut pas fonctionner sans impôts.

Les enfants en cours élémentaire peuvent apprendre le bien fondé de la fiscalité en jouant ce qui est décrit comme « le jeu de l’impôt ». Cela consiste à leur expliquer qu’il y a des services que le gouvernement rend à chaque citoyen et qui ont un coût. Par exemple le gouvernement (ou l’Etat) dépense pour construire les routes, les ponts, entretenir la police, créer des écoles, les hôpitaux, les parcs… Puis, leur demander “d’identifier un service qui n’existerait pas sans les taxes.”

taxchild03
L’école primaire est le bon cadre et le bon moment pour commencer à expliquer aux enfants le mécanisme de l’allocation familiale, par exemple. Un pourcentage sur une pièce gagnée va “dans le pot familial». L’astuce est de faire comprendre aux enfants que l’argent ne doit pas rester dans le « pot familial », mais servir d’épargne pour faire face aux imprévus du futur. En clair, il s’agit ici de leur donner un enseignement sur la réalité des taxes qu’ils vont avoir à payer dans leur vie adulte.
Une fois en classe de lycée, les parents peuvent commencer à introduire les enfants aux documents fiscaux réels: un bulletin de paie ou une déclaration de versement automatique. Sur la base de ces documents, il faut leur expliquer le mécanisme de la retenue sur les salaires, les différentes taxes, les tranches d’imposition, les déductions… De sorte qu’avant même qu’ils n’obtiennent leur premier emploi, ils soient en mesure non seulement de comprendre comment fonctionnent tous les impôts sur salaire, mais aussi de remplir les formulaires fiscaux.
En conclusion : parler d’impôt ne signifie pas qu’on aime à payer des impôts. En parler dès le bas âge rend l’impôt plus digeste.

Notis©2016