Un sondage réalisé sur la population des États-Unis montre qu’en 1962, la moitié des jeunes âgés de 21 ans et 90% des gens âgés de 30 ans avaient été mariés au moins une fois. En 2014, seulement 8% des jeunes de 21 ans et 55% des jeunes de 30 ans étaient concernés par le mariage. C’est la preuve que le mariage ne fait plus rêver et les jeunes le mettent au bas de l’échelle de leurs objectifs. Les raisons sont diverses : chômage, études longues, perte des valeurs traditionnelles, réalités professionnelles

Cependant, la lecture d’études récentes devrait faire tomber la barrière de la réticence et le mur de la résistance. Ces études déballent comment le mariage peut améliorer les conditions d’existence et booster la carrière professionnelle :

Les partenaires-amis

Une étude sur la satisfaction conjugale suggère que les gens les plus heureux sont ceux qui sont mariés à leurs meilleurs amis. L’étude révèle que ceux qui considèrent leur conjoint ou partenaire comme leur meilleur ami obtiennent environ deux fois plus de satisfaction que d’autres personnes mariées. Selon les auteurs, les partenaires-amis peuvent fournir mutuellement un genre unique de soutien social et s’aider les uns les autres à surmonter facilement certains des plus grands défis de la vie.

Le bonus fiscal

Grâce à plusieurs instruments fiscaux, tels que les abattements, le quotient familial, les femmes mariées sont à priori moins exposées à l’endettement que les femmes célibataires, du point de vue des pénalités fiscales et des primes, ainsi que des frais de subsistance, comme les dépenses de santé et les coûts de logement.

Cependant un couple marié souffrirait d’une « peine de mariage » s’il paie plus d’impôt sur le revenu comme deux personnes vivant seules. En revanche, un couple profiterait d’une « prime de mariage » s’il paie moins d’impôt sur le revenu que deux personnes qui vivraient seules.

Quand les couples combinent leurs revenus, surtout quand ils ont des revenus similaires, cela peut les pousser dans une tranche d’imposition supérieure, ce qui implique un taux d’imposition plus élevé. En plus de l’allégement fiscal, les couples mariés sont plus susceptibles de recevoir un « bonus de mariage » lorsque les conjoints des revenus sensiblement différents.

Il y a donc beaucoup de facteurs qui influent sur les pénalités et les primes de mariage, mais en général, les couples mariés bénéficient de bonus que de pénalités.

La prime salariale

Une étude menée par l’économiste W. Bradford Wilcox révèle que les hommes obtiennent de plus gros salaires quand ils sont mariés par rapport à leurs homologues célibataires. Selon les résultats de l’étude, les hommes mariés âgés entre 28 et 30 ans gagneraient en moyenne 14.000 € de revenu de plus chaque année comparativement à leurs homologues célibataires. Cependant que les hommes mariés, âgés entre 44 et 46 ans, auraient une augmentation de salaire avoisinant 17.000 € de plus que les hommes célibataires du même âge.

La durée du travail

Les femmes mariées ont tendance à travailler moins que les femmes célibataires. Les études montrent que les jeunes femmes mariées travaillent annuellement 196 heures de moins que leurs pairs célibataires, bien que cette différence devienne négligeable quand il n’y a pas d’enfants dans le couple. Les femmes mariées d’âge moyen (35-45) sans enfants, travailleraient 131 heures de moins que leurs homologues célibataires.