Des chercheurs brésiliens ont examiné 81 patients atteints de Covid-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, du 23 mars au 5 avril 2020 afin de vérifier si le médicament chloroquine pouvait être un traitement efficace contre cette maladie hautement contagieuse.

A cet effet, quarante patients ont reçu une faible dose du médicament et 41 autres, une dose élevée. Tous les patients ont également reçu un antibiotique dénommé azithromycine.

Les chercheurs ont constaté que 13 personnes dans le groupe à faible dose sont décédées, tout comme 16 dans le groupe à forte dose. 11 autres ont développé des anomalies cardiaques.

“Les résultats préliminaires de l’étude CloroCovid-19 suggèrent qu’une dose élevée de chloroquine ne devrait pas être recommandée pour le traitement du COVID-19 sévère, en particulier chez les patients recevant également de l’azithromycine et de l’oseltamivir, en raison de problèmes de sécurité concernant l’allongement de l’intervalle QTc et l’augmentation de la létalité” », ont écrit les auteurs de l’étude.

En l’absence de traitement officiel ou éprouvé contre la pandémie, la chloroquine fait partie des médicaments que certaines autorités et gouvernements ont vantés comme l’un des remèdes possibles. Le 24 avril 20220, la Food and Drug Administration, l’organe de certification des médicaments aux Etats-Unis  a rappelé qu’elle n’avait pas approuvé la chloroquine ou d’autres médicaments pour traiter le coronavirus. La FDA a également réitéré avoir émis une autorisation d’utilisation d’urgence qui autorise les essais hospitaliers ou cliniques à n’utiliser la chloroquine et l’hydroxychloroquine que dans certains cas.

Sous le couvert de l’anonymat des conseillers de la Maison Blanche ont déclaré que l’intérêt de Trump pour un médicament qui n’avait été ni approuvé par la FDA pour traiter le nouveau coronavirus ni testé dans un essai clinique était motivé par son désir d’apporter aux Américains des nouvelles positives et par son espoir qu’un remède contre Covid -19, si elle est trouvée rapidement, pourrait mettre un terme rapide aux mesures de distanciation sociale qui ont provoqué un ralentissement économique que l’on n’avait pas vu depuis les semaines qui ont suivies le krach boursier de 1929.

Le Président Trump a cessé de mentionner l’hydroxychloroquine dans les jours suivant la publication d’une étude du ministère des Anciens Combattants qui a révélé que le médicament avait peut-être contribué à la mort de patients qui l’avaient reçu.

Notis©2020

Par Mary Maz

Source : Journal of the American Medical Association