Lorsque Naomi Osaka, quadruple championne de tennis du Grand Chelem, a déclaré qu’elle ne participerait pas aux conférences de presse après-matche, les responsables de l’organisation du tournoi de Roland-Garros lui ont infligé une amende de 15 000 $ assortie d’une menace d’exclusion du tournoi.

Mademoiselle Osaka, 23 ans, s’est ensuite complètement retirée de Roland-Garros, révélant dans un communiqué que sa décision de ne pas parler aux journalistes était due aux difficultés qu’elle a vécues ces dernières années :

«Je pense que maintenant la meilleure chose pour le tournoi, les autres joueurs et mon bien-être, c’est que je me retire pour que tout le monde puisse se concentrer à nouveau sur ce qui se passe sur les terrains de tennis parisiens.

Je n’ai jamais voulu être une distraction et j’accepte que mon timing ne fût pas idéal et que mon message aurait pu être plus clair.

Plus important encore, je ne banaliserais jamais la santé mentale ()ni n’utiliserais ce terme à la légère.

La vérité est que j’ai souffert de longues périodes de dépression depuis l’US Open en 2018 et j’ai eu beaucoup de mal à y faire face. 

Tous ceux qui me connaissent savent que je suis introverti, et tous ceux qui m’ont vu aux tournois remarqueront que je porte souvent des écouteurs car cela aide à atténuer mon anxiété sociale.

Bien que la presse tennistique ait toujours été gentille avec moi (et je tiens à m’excuser en particulier auprès de tous les journalistes cool que j’ai pu blesser), je ne suis pas une grande causeuse et j’éprouve d’énormes vagues d’anxiété avant de parler aux médias du monde.

Je deviens très nerveuse et je trouve stressant de toujours essayer de prendre position et de donner les meilleures réponses possibles.

Donc, ici à Paris, je me sentais déjà vulnérable et anxieuse, alors j’ai pensé qu’il valait mieux faire preuve de retenue et éviter les conférences de presse.

Je l’ai annoncé à titre préventif parce que j’ai l’impression que les règles sont assez obsolètes par endroits et je voulais le souligner. J’ai écrit en privé au tournoi pour m’excuser et dire que je serais plus qu’heureuse de parler à la presse après le tournoi, car les Slams (compétitions) sont intenses.

Je vais m’éloigner un peu du terrain maintenant, mais quand le moment sera venu, je veux vraiment travailler avec la fédération pour discuter des moyens d’améliorer les conditions des joueurs, la presse et les fans. »

Suite à sa décision de se retirer des fonctions médiatiques, l’Open de France a été critiqué pour avoir publié un tweet – qu’il a depuis supprimé – avec des photos de Rafael Nadal, Kei Nishikori, Aryna Sabalenka et Coco Gauff  dans un échange médiatique avec la légende : « Ils ont compris, eux, la mission ». Rennae Stubbs, quadruple vainqueur du grand chelem en double, a tweeté : « C’est une honte, du moins, un mauvais signal envoyé par le organisateurs de Roland Garros et la FFT (Fédération française de tennis). Je comprends qu’ils puissent faire valoir leur point de vue, mais ce n’est approprié. Les joueurs sont une bonne vitrine pour le développement du tennis, mais culpabiliser un joueur et l’humilier de la sorte n’est pas bon pour l’image du tennis ».

Le soutien des autres athlètes à Naomi Osaka a rapidement afflué, souvent teinté de frustration face aux systèmes qui ne donnent pas la priorité au bien-être des athlètes.

Ainsi, la star de la NBA, Steph Curry, a déclaré qu’il admirait le courage d’Osaka ; “Vous ne devriez jamais avoir à prendre une [décision] comme celle-ci, mais c’est tellement impressionnant de prendre une si grande décision, alors que les pouvoirs en place ne protègent pas leurs propres concitoyens”, a-t-il écrit.

Lisa Leslie, basketteuse renommée a déploré qu’Osaka ait été pénalisée plutôt qu’aidée lorsqu’elle a exprimé ses besoins en matière de santé mentale : “C’est tellement triste que nous soyons à une époque où lorsqu’un jeune vous dit qu’il a besoin d’aide ou d’une pause, les gens réagissent avec colère et manque de soutien ! Je suis avec toi @naomiosaka Votre santé mentale est tout aussi importante que votre santé physique”, a-t-elle tweeté.

Kyrie Irving des Brooklyn Nets de la NBA a répondu à Osaka sur Instagram : “Nous sommes tous avec « notre Rêne ». Sois toi-même, ce sera toujours suffisant. Même si ça ne devrait pas être comme ça, je suis fier de toi pour avoir mis le pied à terre ».

« La santé mentale compte et doit toujours passer en premier », a écrit la gymnaste Laurie Hernandez.