La façon dont le virus COVID-19 affecte une personne peut être exacerbée par l’air qu’elle respire.

Les chercheurs ont découvert un lien entre l’exposition aux particules en suspension dans l’air, notamment les particules fines appelées PM2,5 et le dioxyde d’azote (NO2), et le risque accru de complications graves du coronavirus.

« Notre recherche a démontré qu’une exposition moyenne sur un an aux PM2,5 se traduit par une augmentation de 20 à 30 % du risque d’hospitalisation, d’assistance respiratoire intensive et d’admissions aux soins intensifs à cause du vrus COVID-19. »

« L’exposition au NO2 pendant un mois entraînerait un risque accru de 12-18% », a déclaré le co-auteur de l’étude, Zhanghua Chen, professeur adjoint de sciences de la population et de la santé publique à la Keck School of Medicine de l’Université de Californie du Sud.

« Nous avons également constaté que l’exposition à long terme aux PM2,5 serait associée à un risque plus élevé de mortalité par COVID-19 », peut-on lire dans un communiqué de presse universitaire.

Les chercheurs de l’USC ont collaboré avec Kaiser Permanente Southern California pour la réalisation de cette étude, en examinant les données de plus de 74 000 patients COVID-19 diagnostiqués entre mars et août 2020. Les enquêteurs ont pu prédire l’historique d’exposition à des polluants spécifiques en utilisant l’historique des adresses résidentielles des participants.

Les PM2,5 et le NO2 sont produits par le trafic terrestre et aérien, la combustion industrielle et d’autres sources.

« Les analyses écologiques sont sujettes à de nombreux aléas ;  il n’est pas clair de déterminer si les résultats peuvent être appliqués au-delà du niveau communautaire », a déclaré Chen.

« Dans notre étude de cohorte de population, nous avons pu tirer parti de la sophistication du DME [dossiers médicaux électroniques] pour créer une classification bien définie de la gravité des résultats du COVID-19 liés à l’exposition à la pollution de l’air au niveau individuel », a-t-elle déclaré.

Les dossiers de Kaiser Permanente comprenaient des informations générales qui ont permis aux chercheurs de s’adapter à d’autres facteurs, notamment la race, le statut social et d’autres problèmes de santé.

Les chercheurs prévoient sur la base des conclusions de cette étude d’examiner des approches d’intervention pour réduire les niveaux individuels d’exposition aux PM2,5, comme l’utilisation de purificateurs d’air.

« Notre étude démontre que respirer de l’air pur peut réduire la gravité de l’infection », a déclaré le co-auteur, le Dr Frank Gilliland, professeur de sciences de la santé publique et des populations.

« Lorsqu’une personne est infectée, réduire son exposition aux polluants atmosphériques peut être bénéfique, car cela peut réduire le risque de mauvais résultats et a également de nombreux autres avantages pour la santé », a-t-il déclaré dans le communiqué.

Notis©2022

Par Sidney Usher

Sources : « Ambient Air Pollutant Exposures and COVID-19 »