Renoncer à la retraite anticipée en travaillant le plus longtemps possible pourrait aider à renforcer les capacités cognitives et la pensée critique.

Des chercheurs de l’Institut Max-Planck pour le développement des sciences ont découvert que travailler jusqu’à 67 ans, voire plus, ralentirait le déclin cognitif et peut aider à lutter contre des maladies telles que la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies qui peuvent avoir un impact négatif sur les fonctions cognitives d’une personne.

Les résultats montrent remarquablement qu’une personne gagnera à travailler plus longtemps, quels que soient son sexe, son niveau d’éducation ou le niveau de la complexité de son travail.

“Notre étude suggère qu’il peut y avoir une conséquence bénéfique au report de la retraite”, a déclaré le co-auteur de l’étude, Angelo Lorenti, dans un communiqué.

Lorenti a poursuivi : « Dans cette étude, nous abordons la retraite et la fonction cognitive à tous les stades de la vie. Cela commence par les origines sociales d’une personne en termes d’ethnicité, de sexe et de statut social et économique au début de la vie, se poursuit avec les résultats scolaires et professionnels et les comportements de santé, et va jusqu’à des facteurs plus proches tels que les troubles mentaux et physiques. Tous ces facteurs s’accumulent et interagissent tout au long de la vie pour affecter à la fois les fonctions cognitives et l’âge à la retraite. »

Une étude distincte menée par des chercheurs du centre médical universitaire de Georgetown a révélé que certaines compétences mentales, notamment le multitâche et la hiérarchisation, s’améliorent après l’âge de 50 ans. Les chercheurs ont abouti à cette conclusion après avoir examiné les rapports médicaux de 20 469 personnes âgées de 55 à 75 ans qui accomplissaient leurs tâches professionnelles entre 1996 et 2014.

Lorenti a ajouté qu’il n’y avait aucun changement entre la dynamique sociale et celle du marché du travail, ajoutant que de nombreux pays à travers le monde ont augmenté l’âge du départ à la retraite.

La préoccupation concerne le vieillissement de la population mondiale, étant donné que les taux de démence ont tendance à augmenter à mesure que les gens vieillissent.

Selon l‘Alzheimer’s Association, plus de 6 millions d’Américains sont atteints de la maladie d’Alzheimer et ce chiffre devrait atteindre 13 millions d’ici 2050. À l’échelle mondiale, ce chiffre est d’au moins 50 millions et pourrait dépasser 150 millions d’ici 2050 si des failles ne sont pas découvertes.

«C’est pourquoi il est pertinent de comprendre si la retraite à un âge avancé peut avoir des conséquences sur la santé, en particulier sur les fonctions cognitives», a expliqué Lorenti.

Le US Census Bureau prédit que, d’ici 2035, il y aura 77 millions d’Américains de 65 ans et plus, dépassant les 76,5 millions d’enfants de 18 ans et moins.

L’Allemagne, l’Italie, la France, l’Espagne et d’autres pays européens ont déjà des populations plus âgées, tandis qu’au Japon, considéré comme une société suranée, plus d’une personne sur quatre a 65 ans ou plus.

Notis©2021

Par Sidney Usher

Sources : SSM – Population Health