Des chercheurs de l’Université de Bournemouth, ville du Royaume-Uni, viennent de réaliser une étude à la fois stimulante intéressante et alarmante.

Sur la base des données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) relatives aux décès neurologiques de 1989 à 2010, ces chercheurs ont procédé à la comparaison des taux de démence à travers plus de vingt pays occidentaux. L’étude a constaté une augmentation généralisée des décès par démence dans tous les pays étudiés.

La conclusion met évidence la hausse du niveau de pollution des pays les plus industrialisés et une utilisation accrue des puissants insecticides agricoles.

Les chercheurs ont constaté que la démence est diagnostiquée régulièrement chez les personnes ayant la quarantaine, alors qu’il était généralement associée à des personnes âgées de 60 ans et plus.

Il est intéressant de noter que l’étude est comparable aux données de l’OMS qui montre que l’ensemble des troubles neurologiques est une charge mondiale de morbidité dans la Région européenne (11,2%) et la Région du Pacifique occidental (10%), comparativement au 2,9% enregistré en Afrique.

Dementia Cases

L’OMS utilise deux grandes catégories dans la liste des décès neurologiques : les décès par maladies nerveuses comme la maladie d’Alzheimer et les autres démences.

Plus inquiétant est le nombre disproportionné de femmes, en particulier aux Etats-Unis montrant une multiplication par cinq du nombre de décès neurologiques, comparativement à une augmentation trois fois plus importante chez les hommes.

Cependant, l’étude reconnaît qu’en raison de l’amélioration des soins médicaux et des avancées dans la technologie médicale, les gens vivent plus longtemps et peut-être développent moins de maladies que dans le passé.

dementiacase1

Lire aussi : Comment prévenir la démence 

Toutefois, l’étude souligne que “tout ce processus pourrait expliquer en partie que certaines hausses disproportionnées de la démence causant les décès sur un temps relativement court sont dû à d’autres facteurs, à la fois en ce qui concerne le cancer, les maladies circulatoires et la morbidité neurologique. ”

Cette déclaration est intéressante parce que les chercheurs inclus dans « ces facteurs » les changements environnementaux majeurs qui ont eu lieu au cours des dernières décennies. L’étude laisse entendre que ces changements environnementaux majeurs peuvent être liés à la “vie moderne”.

Le Professeur Colin Pritchard, de l’Université de Bournemouth, auteur principal de l’étude a déclaré: «Ces résultats ne constituent pas une bonne nouvelle car il y a beaucoup d’intérêts à court terme qui voudront que l’on fasse comme si de rien n’était (…). Nous ne voulons pas arrêter le monde moderne mais plutôt le rendre plus sûr. ”

Notis©2015

Sources: “Neurological deaths of American adults (55–74) and the over 75’s by sex compared with 20 Western countries 1989–2010: Cause for concern” by Colin Pritchard, Emily Rosenorn-Lanng