Quand je discute de l’apprentissage d’une nouvelle ligne de guitare basse, particulièrement les plus complexes, je dis toujours à mes étudiants, entre autres, de :

* tout ralentir ;

* ne pas être pressé de jouer à plein tempo ;

* ne pas penser à utiliser un métronome…

Personnellement, je travaille souvent les lignes et les solos de guitare basse dans un tempo manifestement et parfois lourdement lent.

Pour ce qui concerne les figures les plus élaborés, je les travaille complètement hors tempo, pour commencer.

De cette façon, vous avez vraiment le temps de scruter et d’intérioriser tous les éléments clés – les notes elles-mêmes ainsi que les articulations, les dynamiques et autres nuances- sans vous mettre sous pression avec un métronome, une boîte à rythmes ou en jouant sous les enregistrements originaux.

Comme le dit l’adage, “ne pratiquez pas jusqu’à ce que vous jouiez juste ; pratiquez jusqu’à ce que vous ne puissiez pas vous tromper”.

Ralentir l’allure vous aidera grandement. Donnez (vous) le temps (au temps)

J’entends régulièrement les étudiants en musique faire la course avant qu’ils ne puissent apprendre à marcher, pour ainsi dire, ce qui leur pose des problèmes à plus ou moins long terme.

Nous devons tous être honnêtes avec nous-mêmes sur ce que nous pouvons vraiment faire. Évitons de vivre au dessus de nos moyens et au-delà de nos capacités.

La pratique de l’instrument est particulièrement, ou du moins semble, ardue lorsque nous la jouons au pas de course. Jouer d’emblée à vive allure est une façon de procéder qui produit beaucoup plus dégâts que de progrès.

C’est pourquoi, si vous voulez vraiment allez plus loin dans votre apprentissage, vous feriez mieux de rester de marbre, à l’image d(une guitare basse.

Donc, détendez-vous, ne soyez pas pressé, prenez votre temps et soyez méthodique. De cette façon, vous parviendrez à « régnez» comme un Bassiste. Le vrai bassiste abandonne les feux de la rampe aux autres musiciens. Il a mieux à faire.

De nos jours, il semble que trop de gens soient obsédés par la vitesse et l’acquisition immédiate des biens et services. Pourtant, il n’y a rien de mal en soi à ralentir la cadence, suivre chaque étape et gravir les marches les unes après les autres.

La Grande Communauté des Bassistes

Je préfère écouter un bassiste qui offre de la solidité, de manière constante et avec un bon rythme et un bon « feeling » qu’un soliste qui a beaucoup de technique, mais a du mal à maîtriser le timing (rythme) et les sensations fondamentales que doivent dégager un instrument d’expression et de musique.

Des progrès persistants, cohérents et diligents, même s’ils sont lents et réellement laborieux, produiront de meilleurs résultats que la précipitation dans l’accomplissement des tâches basiques.

L’approche précipitée de l’apprentissage est un obstacle insoutenable et rédhibitoire pour la majorité des débutants.

Notis©2020

Par Dave Swift

Sources : « Bass Magazine » / « La guitare basse pour les nul » de Patrick Pfeiffer