L’Angleterre est en passe de devenir le premier pays au monde à prescrire des cigarettes électroniques pour aider les fumeurs à arrêter de fumer. Malgré un torrent de preuves sur les risques pour la santé du « vapotage », le ministère de la santé publique anglaise semble disposé à «ouvrir la voie» pour qu’il soit inscrit dans l’arsenal médical contre les effets nocifs du tabagisme.

Les fabricants pourront donc soumettre des cigarettes électroniques à l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé pour qu’elles subissent le même «processus d’approbation» que les autres médicaments.

Cela signifie qu’ils pourraient ensuite être autorisés en tant que produit médical et prescrits par des médecins au cas par cas aux personnes qui souhaitent arrêter les cigarettes traditionnelles.

Jusque là le NHS n’avait pas clairement admis que le vapotage peut aider les fumeurs – bien qu’il ne soit pas disponible sur ordonnance. Mais dans la soirée du 28 octobre 2021, le secrétaire à la Santé, Sajid Javid, a déclaré qu’ouvrir la porte aux cigarettes électroniques sous licence sur le NHS avait le “potentiel de s’attaquer aux fortes disparités dans les taux de tabagisme à travers le pays, aidant les gens à arrêter de fumer où qu’ils vivent et quelle que soit leur origine”.

Cette décision controversée intervient malgré le fait que l’Organisation mondiale de la santé ait déclaré l’année précédente que les appareils pour vapoter étaient “sans aucun doute nocifs”. L’OMS a conclu à l’époque qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves de leur utilisation pour aider les gens à arrêter de fumer.

La Fédération mondiale du cœur, quant à elle, a appelé à une réglementation plus stricte pour lutter contre «l’épidémie de cigarettes électroniques».

Les cigarettes électroniques contiennent une forme liquide de nicotine qui est chauffée en vapeur à inhaler, évitant ainsi les dommages causés par la fumée de tabac.

Les experts de la santé s’accordent à dire que ces appareils sont beaucoup plus sûrs que de fumer les vraies cigarettes. Mais des cas avérés de maladies liées au vapotage ont refroidi leur enthousiasme. En effet, il a été répertorié au moins trois décès au Royaume-Uni liés à des cigarettes électroniques ou à des produits de vapotage similaires.

De nombreux scientifiques s’inquiètent des problèmes de sécurité, notamment liés aux liquides utilisés pour aromatiser les cigarettes électroniques.

Des études les ont associés au « poumon pop-corn » – un problème de santé grave qui, dans les cas extrêmes, peut nécessiter une greffe de poumon.

Cependant, la Fédération mondiale du cœur a cité des preuves selon lesquelles les cigarettes électroniques « accrochent les nouveaux utilisateurs », les fumeurs qui commencent à utiliser des cigarettes électroniques devenant souvent à la fois accros aux cigarettes traditionnelles et électroniques.

Les fabricants mettent en avant les taux de réussite (plus de la moitié) enregistré parmi les personnes utilisant une cigarette électronique pour éliminer leur dépendance au tabac. Cependant, les critiques des appareils disent que le soutien psychologique est le principal facteur pour aider les gens à arrêter de fumer.

Le professeur Martin McKee de la London School of Hygiene and Tropical Medicine – qui est contre la promotion des cigarettes électroniques – a déclaré: “ Il est bizarre et déroutant que cette annonce ouvrant la voie à la prescription de cigarettes électroniques arrive si tôt après les avertissements émis par l’OMS et la Fédération mondiale du cœur».

«L’industrie de la cigarette électronique a eu plus de dix ans pour fournir de très bonnes preuves que ces appareils sont la solution au tabagisme et elle ne l’a pas fait. »

Des universitaires de New York – qui ont suivi près de 80 000 Américains – ont découvert que les fumeurs traditionnels sont particulièrement exposés, six fois plus que les vapoteur, à l’accident vasculaire cérébral. Mais, les vapoteurs couraient un risque environ 15 % plus élevé d’être frappés plus tôt que les fumeurs. En effet, les chercheurs ont constaté que les utilisateurs de cigarettes électroniques ont subi leur premier accident vasculaire cérébral à l’âge de 48 ans, en moyenne, soit une décennie plus tôt que les fumeurs de cigarettes traditionnels.

En outre, les chercheurs ont averti que l’exposition aux appareils à un jeune âge peut encore causer des dommages irréparables.

Le Dr Urvish Patel, chercheur à l’Icahn School of Medicine qui a participé à l’étude, a averti que les e-cigarettes pourraient avoir des risques cachés pour la santé : « Le public a besoin de savoir que la sécurité des e-cigarettes n’a pas été prouvée [sic] pour être sûr. [Ils] ne doivent pas être considérés comme une alternative au tabagisme traditionnel, en particulier chez les personnes présentant des facteurs de risque existants tels que des antécédents de crise cardiaque, d’hypertension artérielle et d’hypercholestérolémie. »

Les États-Unis ont des réglementations plus souples sur les vapoteurs et ont vu près de 2 000 personnes hospitalisées en 2019 après avoir acheté un produit de vapotage non réglementé.

Notis©2021

Par Mary Maz