L’ancien attaquant de l’équipe nationale de football du Ghana, Junior Agogo, est décédé, le jeudi 23 août 2019, dans un hôpital de Londres. Il avait 40 ans.

Deux ans après  l’annonce de sa retraite du monde du football, en 2015, l’ex-black-star a subi un accident vasculaire cérébral, qui l’a plongé dans une paralysie profonde. Il a fini sa vie hospitalisé.

Carrière laborieuse

Junior Agogo a passé la plus grande partie de sa carrière au Royaume-Uni, États-Unis d’Amérique  et en Grèce.

Il a débuté sa carrière par l’académie de Sheffield Wednesday, avant de traverser une longue période de prêt dans les bas niveaux du football anglais afin de se perfectionner.

Entre 2000 et 2001, il a joué pour le « Colorado Rapids » aux États-Unis, marquant 11 fois en 32 matchs.

Une courte période au Queen Park Rogers (QPR) a suivi, avant de déménager à Barnet en 2002 où il a retrouvé sa forme devant le but avec 19 buts en 39 matchs.

Cette efficacité devant les poteaux de buts lui a valu d’être transféré à Bristol Rovers, où il a passé les trois années suivantes, enregistrant plus de 100 apparitions, marquant 41 fois, avant de signer pour Nottingham Forest moyennant des prîmes non divulguées.

Au City Ground, le stade du club, Agogo a marqué 20 buts au cours des deux saisons suivante avant de partir vers d’autres horizons. Ses pérégrinations se sont poursuivies au Zemalek et à Apollon Limassol, clubs du championnat Grecque avant de disputer, en Ecosse, son dernier match sous les couleurs du Hibernian.

Au Ghana, on se souviendra très bien de lui comme celui qui, pendant la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2008 sur son sol national, a marqué contre le Nigeria, son rival, en quart de finale. En demi-finale, le Ghana fut éliminé par le  Cameroun, mais occupa la troisième marche du podium face à la Côte d’ivoire.

Avc et sport

Une étude récente a constaté que la pratique du sport n’immunise pas contre les maladies cardiovasculaires. « L’’exercice physique  peut aider à prévenir toute une gamme de problèmes de santé et de maladies, du cancer à la dépression. Cependant, le risque cardiovasculaire persiste, même si l’on est actif physiquement», écrivent les chercheurs. 

Un athlète professionnel peut présenter une coronaropathie (maladie cardiovasculaire) grave, sans avoir de symptômes apparents. Il est donc important que les sportifs vérifient régulièrement leur état de santé cardiovasculaire, surtout s’ils souffrent par ailleurs d’hypertension artérielle, d’hypercholestérolémie ou d’antécédents familiaux de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral.

Il a été prouvé que les médicaments réduisent le risque de mortalité, surtout chez les personnes actives. Cependant, Il est aussi important de ne pas tomber dans l’excès de sport. En effet, Il n’y a aucune preuve que le fait de pousser l’exercice à l’extrême peut permettre de vivre plus longtemps ou de renforcer le cœur.

Les maladies cardiovasculaires sont des affections qui impliquent un rétrécissement ou un blocage des vaisseaux sanguins, pouvant entraîner une crise cardiaque, des douleurs thoraciques (angine de poitrine) ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Les maladies cardiovasculaires ou cardio-neurovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde.

Notis©2019

Par Sidney Usher