En 2015, dans le cadre d’une conférence, le co-fondateur de Microsoft, Bill Gates, a prédisait qu’une pandémie mondiale tuerait de nombreuses personnes et ralentirait l’économie mondiale: “Si quelque chose devrait tuer plus de 10 millions de personnes au cours des prochaines décennies, il s’agirait très probablement d’un virus hautement infectieux plutôt que d’une guerre”.

Ignorance et  légèreté

A l’époque, Monsieur Gate reprochait déjà la légèreté des gouvernements  quant à la perspective d’une pandémie mondiale.

Manifestement, l’humanité était mal préparée à un pathogène à propagation rapide et mortelle. Avec plus de 300 000 infections et plus de 10 00 décès, l’épidémie du coronavirus a surpris le monde et fait des ravages comparables, voire pire, aux périodes douloureuses de l’histoire de l’humanité, telles que la Seconde Guerre mondiale, la crise financière de 2008 et la grippe espagnole de 1918.

Gates a déclaré que la perspective d’une pandémie mondiale était ignorée par les gouvernements du monde entier, malgré les flambées de virus Ebola. Ebola a tué plus de 11 000 personnes en Afrique de l’Ouest entre 2013 et 2016, principalement en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone.

Gates a déclaré que le monde avait de la chance que l’épidémie d’Ebola se soit limitée à l’Afrique de l’Ouest.

Contrairement au coronavirus, Ebola rend ceux qui le portent trop malade et trop faible pour se promener et infecter les autres. Pour Bill Gate, le monde entier a eu la chance qu’Ebola ne se soit pas propagé dans les zones urbaines.

“La prochaine fois, nous n’aurons peut-être pas autant de chance”, avait déclaré le philanthrope multimilliardaire.

“Pas des missiles, mais des microbes.”

Gates a exhorté les gouvernements occidentaux à voir les pandémies de la même manière qu’ils voient les menaces militaires.

Il a noté que si les pays organisent des exercices connus sous le nom de «jeux de guerre» pour se préparer à de futurs conflits militaires, ils devraient également exécuter des simulations appelées «jeux de germes» pour mieux se préparer à une maladie généralisée.

Gates a mis en garde: «Nous avons investi énormément dans les moyens de dissuasion nucléaire, mais nous avons investi très peu dans un système pour arrêter les épidémies. Nous ne sommes pas prêts pour la prochaine épidémie. »

“Si vous pensez à quelque chose qui pourrait tuer des millions de personnes, une pandémie est notre plus grand risque”, a-t-il déclaré.

Dans sa conférence consacrée à Ebola, qui battait son plein en Afrique de l’Ouest, Gates avait appelé à renforcer les systèmes de santé dans les pays pauvres et à intégrer du personnel médical dans l’armée afin de permettre un déploiement plus rapide des équipes pour faire face aux pandémies.

Monsieur Gates, qui a depuis démissionné de son poste de PDG de Microsoft en 2019, consacre désormais son énergie à aider à éradiquer les maladies dans le monde en développement, a également mis en garde contre les pandémies à venir.

« Usine de la maladie X »

Dans un documentaire diffusé en ligne en 2019, Gates prédisait qu’un virus mortel pourrait provenir des marchés humides de la Chine pour infecter rapidement le monde. Dans ce qui semble maintenant être une inquiétante prémonition d’événements futurs, le magnat de Microsoft réitérait son avertissement que le monde était mal préparé pour faire face à une pandémie mondiale.

Gates avait averti de la probabilité qu’un virus éclate sur l’un des marchés humides de la Chine – exactement comme celui de Wuhan, où cette nouvelle épidémie de coronavirus serait originaire.

Dans l’épisode intitulé « la prochaine pandémie », les producteurs du documentaire se rendent sur un marché humide à Lianghua, en Chine, où des animaux sont tués et la viande résultante vendue au même endroit.  Cela, explique le documentaire, fait des marchés humides une “ usine de la maladie X ” car les différents cadavres d’animaux sont empilés les uns sur les autres, le sang et la viande se mélangeant, avant d’être transmis d’homme à homme. “Pendant ce temps, leurs virus se mélangent et se muent, augmentant les chances que l’on trouve son chemin vers les humains”, poursuit le documentaire.

Dans cette épisode, Gates a également averti  que « si rien n’est fait pour mieux se préparer aux pandémies, le temps viendrait où le monde regarderait en arrière et regretterait de n’avoir pas investi davantage dans des vaccins ».

Les scientifiques qui ont examiné l’épidémie de coronavirus pensent qu’elle provient de serpents et de chauves-souris – des animaux qui avaient été vendus vivants sur le marché des fruits de mer de Wuhan, avant d’être tués et mangés.

Les pandémies précédentes sont également originaires de Chine, comme l’épidémie de SRAS qui est venue des chauves-souris et des chats civettes.

« Garder son calme »

Et alors que l’Organisation mondiale de la santé classe la dernière flambée de coronavirus parmi les urgences sanitaires mondiales, la course est lancée pour trouver un vaccin. Des scientifiques de Hong Kong et de Chine seraient sur le point de trouver un vaccin et de le tester pour l’utiliser à grande échelle.

Interrogé le 18 mars 2020, sur la pandémie du covid-19, dans le cadre d’un forum en ligne, Gates a exhorté tout le monde à “garder son calme” et a affirmé que certaines projections récentes du Jugement dernier sont “trop ​​négatives”.

Au lieu de durer 18 mois jusqu’à ce qu’un vaccin puisse être développé, la crise actuelle pourrait ne durer que six à 10 semaines dans certains pays, a ajouté l’homme d’affaires.

“Nous devons rester calmes, même s’il s’agit d’une situation sans précédent”, a écrit Gates en réponse à une question sur ce que les gens peuvent faire pour s’entraider pendant la crise.

“Une grande chose est de suivre l’approche de” fermeture “dans votre communauté afin que le taux d’infection chute de façon spectaculaire pour nous permettre de revenir à la normale dès que possible”, écrit-il.

Une première question concernait un rapport de l’Imperial College de Londres, qui suggérait que, s’il n’était pas contrôlé, le coronavirus pourrait potentiellement tuer plus de deux millions de personnes aux États-Unis seulement.

En outre, l’étude a suggéré que les tactiques de distanciation sociale actuelles qui voient de nombreuses personnes principalement confinées à leur domicile pourraient durer environ 18 mois, jusqu’à ce qu’un vaccin contre l’infection puisse être développé.

Sur le rapport, Gates a déclaré que «L’expérience en Chine est la donnée la plus critique que nous ayons. Ils ont fait leur« fermeture »et ont pu réduire le nombre de cas. Ils testent largement, donc ils voient des rebonds immédiatement et ces jours-ci, il semble qu’aucun cas domestique n’ait été enregistré, en tout cas pas beaucoup. Ils ont évité une infection généralisée. »

Pour Gates, le pays qui fait un «bon travail» est celui qui, à la fois, teste les gens et met en œuvre des politiques de fermeture et de distanciation sociale. Dans un délai de 6 à 10 semaines [ce pays] devrait voir très peu de cas et être en mesure de recouvrer une activité normale.

Toutefois, Bill Gate a exprimé son inquiétude quant aux dommages économiques de la pandémie, notant que « les pays riches sont durement touchés à l’heure actuelle et ne pourraient commencer le processus de reprise économique qu’une fois les taux d’infection maîtrisés. Pire encore, cela affectera les pays en développement qui ne peuvent pas faire de la distanciation sociale de la même manière que les pays riches et dont la capacité hospitalière est beaucoup plus faible.”