Les abeilles domestiques et sauvages sont responsables d’environ 80% de la pollinisation dans le monde, selon l’ONGI de protection de l’environnement, Greenpeace. Mais l’effondrement du nombre de colonies d’abeilles à travers le monde menace la survie de la flore.

Les abeilles meurent en masse du fait de la combinaison de plusieurs facteurs : pesticides, destruction de l’habitat, sécheresse, déficit nutritionnel, réchauffement de la planète et pollution de l’air, entre autres.

Dans son rapport, Greenpeace conclu: “En fin de compte, nous savons que les êtres humains sont en grande partie responsables des deux causes les plus importantes de la disparition des abeilles, à savoir les pesticides et la perte de leur habitat.”

Ceci est important pour un certain nombre de raisons, notamment la quantité de travail que les abeilles consacrent à notre production alimentaire.

Parmi les principales cultures – les légumes, les noix et les fruits – destinées à l’alimentation humaine, 70 sur 100 sont pollinisées par les abeilles. Cette flore représente jusqu’à 90% de la nutrition mondiale.

Dans son rapport, Greenpeace propose les solutions suivantes au problème de la disparition inquiétante des abeilles:

*La préservation des habitats sauvages afin de protéger la santé des pollinisateurs ;

*La restauration de l’agriculture écologique ;

*L’élimination des pesticides les plus dangereux.

La montée en puissance des produits chimiques agricoles a transformé l’environnement des abeilles en un champ de mines de poison mortel. Selon plusieurs études, une classe de pesticides appelés « néonicotinoïdes » pourrait être moins bénigne qu’on le pensait auparavant.

Dans une étude portant sur « les pesticides, la toxicité et la biologie », publiée dans la revue PLOS One, les scientifiques soulignent l’augmentation spectaculaire des pesticides chimiques depuis 2004 et ses effets néfastes sur les pollinisateurs, comme les abeilles.

Environ 38% des colonies tenues par des apiculteurs ont disparu dans le monde, entre octobre 2018 et avril 2019.

Notis©2019

Par Mary Maz