Le changement climatique entraînera une augmentation des lithiases urinaires en raison d’une augmentation de la transpiration et de la déshydratation, selon une nouvelle étude.

Des jours plus chauds à l’avenir seront probablement dus à des pertes d’eau plus importantes par la sueur, ce qui entraînera une urine plus concentrée et une formation accrue de calculs rénaux, selon des chercheurs de Pennsylvanie.

Confirmation

Cette étude n’est pas une surprise ; elle confirme des recherches antérieures montrant que des températures ambiantes élevées augmentent le risque de développer ces calculs rénaux. Ne pas boire suffisamment d’eau contribue à leur formation, car plus d’eau dans les reins aide à empêcher les cristaux formant des calculs de se coller les uns aux autres.

Des températures plus élevées sont donc plus susceptibles de provoquer une déshydratation, qui à son tour conduit à la condition douloureuse, qui peut souvent nécessiter une intervention chirurgicale.

Cependant, des études antérieures n’avaient pas prévu avec précision l’impact du changement climatique sur le fardeau des calculs rénaux.

L’urologue, Dr Gregory E. Tasian, qui a dirigé cette nouvelle recherche, a affirmé : “Il est impossible de prédire avec certitude comment les politiques futures ralentiront ou accéléreront les émissions de gaz à effet de serre et le changement climatique anthropique, et de savoir exactement quelles seront les futures températures quotidiennes. Mais notre analyse suggère qu’un réchauffement de la planète entraînera probablement une augmentation du fardeau des calculs rénaux sur les systèmes de santé.”

La maladie des calculs rénaux est une affection douloureuse causée par des dépôts durs de minéraux qui se développent dans l’urine concentrée et provoquent des douleurs lors du passage dans les voies urinaires. L’incidence de la maladie a augmenté au cours des 20 dernières années, en particulier chez les femmes et les adolescents.

Régime alimentaire

Le changement climatique augmente le risque d’avoir des pierres au rein. Cependant, il est possible de réduire ce risque grandissant en suivant cinq conseils :

1. Restez hydraté : L’eau dilue les substances contenues dans l’urine qui forment des calculs.

Les nutritionnistes recommandent de boire huit verres d’eau par jour. Les boissons aux agrumes peuvent également être bénéfiques car le citrate aide à prévenir la formation de calculs.

2. Réduire la consommation de sel : Un régime riche en sodium peut déclencher des calculs rénaux, car il augmente la quantité de calcium dans votre urine. La limite quotidienne suggérée pour l’apport en sodium est de 2 300 mg, soit environ une cuillère à café.

3. Réduire les protéines animales : Les régimes riches en protéines animales telles que la volaille, la viande rouge, les fruits de mer et les œufs ont des niveaux accrus d’acide urique qui pourraient entraîner des calculs rénaux. Les régimes riches en protéines réduisent également les niveaux de citrate, le produit chimique présent dans l’urine qui aide à prévenir la formation de calculs.

4. Consommer suffisamment de calcium : Les régimes alimentaires trop pauvres en oxygène peuvent entraîner une augmentation des niveaux d’oxalate. L’oxalate est un composant clé de l’un des types les plus courants de calculs rénaux. Idéalement, le calcium devrait provenir d’aliments tels que le lait, les amandes, le brocoli et les oranges.

5. Évitez les aliments associés aux calculs : Les aliments riches en oxalate, tels que les noix, les chocolats, les épinards, les betteraves et certains thés pourraient augmenter le risque de développer des calculs

Notis©2022

Par Mary Maz