Sérgio Brandão, bassiste et ambassadeur officieux de la musique brésilienne, a joué sur des centaines d’enregistrements au cours des quatre dernières décennies.

Deux semaines après avoir fêté son 65ème anniversaire, il est décédé le 2 avril 2021, à l’hôpital municipal Nossa Senhora de Nazareth à Saquarema, au Brésil, d’un arrêt cardiaque dû à des complications gastro-intestinales.

Brassage culturelle

À Rio de Janeiro dans les années 1970 et à New York dans les années 1980, Brandão s’est imposé comme un bassiste électrique par excellence, tant et si bien qu’on le surnomma affectueusement «le Jaco brésilien».

Bien que connu surtout pour son travail en tournée et des séances d’enregistrement avec la chanteuse Flora Purim et le percussionniste Airto Moreira ou pour lignes de basse au sein du groupe du clarinettiste / saxophoniste Paquito D’Rivera, plusieurs de ses réalisations les plus notables ont eu lieu dans les coulisses de la musique des États-Unis d’Amérique. Par exemple, Quincy Jones l’a embauché en 1984 pour coproduire l’album Juntos du chanteur / compositeur / pianiste Ivan Lins, une fusion de pop brésilienne et de jazz américain avec des apparitions de George Benson, Patti Austin et Marcus Miller, entre autres.

En 2006, le bassiste brésilien a reçu un « Latin Grammy » pour son interprétation de l’album « Timeless » de Sérgio Mendes, une coproduction avec will.i.am de Black Eyed Peas .

Tout comme ces projets susmentionnés, toute la carrière de Brandão pourrait être considérée comme un témoignage de la puissance et de la valeur du brassage culturel intercontinentale.

Carrière diverfiée

Sérgio Luiz Brandão est né le 16 mars 1956 à Rio de Janeiro. À 11 ans, il a commencé à jouer de la guitare acoustique; à 17 ans, il était passé à la basse acoustique, et il a pris la guitare basse électrique peu de temps après. Il a fréquenté l’Institut Villa-Lobos de Rio, où il a étudié le solfège, et il est resté dans la ville au début de la vingtaine, affinant sa technique tout en travaillant avec des artistes tels que João Bosco, Ivan Lins et Johnny Alf.

Brandão a déménagé à New York en 1978 et est rapidement devenu un acteur populaire sur la scène musicale brésilienne et latine de la ville; son premier concert de longue durée était avec le chanteur / guitariste Jon Lucien.

En 1982, il devient membre du groupe Flora and Airto, avec lequel il reste trois ans. Il apparaît sur leur album de 1985 Humble People. Par la suite, il s’associe à D’Rivera, avec qui il enregistre trois albums entre 1986 et 1988. Il joue également un rôle clé dans le groupe Bush Dance (plus tard les Bushdancers) avec Naná Vasconcelos et Trilok Gurtu.

En 1994, Brandão et son collaborateur de longue date, Jose Gallegos, se sont plongés dans le monde de la production musicale, créant Gallco Enterprises, Inc., une société spécialisée dans les bandes sonores de films ainsi que dans les jingles télévisés et radiophoniques.

Gallco a remporté plusieurs Clio Awards plus tard dans la décennie pour la musique qu’il a créée pour faire partie des campagnes publicitaires mondiales de Coca-Cola. À cette époque, Brandão s’était distingué comme l’un des premiers musiciens brésiliens à faire une tournée en Russie après l’effondrement de l’Union soviétique en 1991. Il y forma un partenariat avec le pianiste Andrei Kondakov, qui se poursuivit par intermittence jusqu’au décès de Brandão.

D’autres artistes avec lesquels Brandão a travaillé sont, notamment, Harry Belafonte, Marcos Valle, Herbie Mann, Chico Freeman, Gilberto Gil, Tania Maria, Gato Barbieri, Cyro Baptista, Toots Thielemans, Randy Brecker, Mark Murphy, Carlos Franzetti, Toninho Horta, Paul Winter, Bebel Gilberto, Vinicius Cantuária, Barbara Mendes, Romero Lubambo, Gil Goldstein, Sadao Watanabe, Hendrik Meurkens et le collectif international Bossa Negra.

Notis©2021

Par Sidney Usher