« Les hommes et les femmes -dans la plupart des pays du monde- ont actuellement plus de chance de mourir jeunes des maladies non transmissibles (MNT) que du VIH », conclu un rapport paru dans la revue scientifique médicale, « Lancet ».

La recherche réalisée par les scientifiques  du « Imperial College London » (collège impériale de Londres) est, selon les spécialistes, l’une des études mondiales les plus détaillées sur les maladies non transmissibles (MNT).

Le professeur Majid Ezzati, qui a dirigé l’étude, a déclaré: «Les maladies non transmissibles sont la principale cause de décès prématuré dans la plupart des pays (…). La pauvreté, la commercialisation sauvage de l’alcool et du tabac par les multinationales, d’une part, et la faiblesse des systèmes de santé, d’autre part, rendent les maladies chroniques plus dangereuses pour la santé humaine que les ennemis traditionnels, tels que les bactéries et les virus».

Les experts sont unanimes pour dire que la plupart des pays ne sont pas à la hauteur des objectifs de l’ONU pour réduire le nombre de décès prématurés dus aux maladies non transmissibles.

Près de 41 millions de personnes meurent chaque année de ces maladies, soit l’équivalent d’un décès sur sept dans le monde.

Environ 17 millions de ces décès, soit 41%, sont considérés comme étant prématurés – se produisant avant l’âge de 70 ans.

En 2015, l’ONU a demandé aux nations de réduire le nombre de décès prématurés des quatre principales maladies non transmissibles d’ici 2030. Selon la nouvelle étude, seuls 35 pays sont en passe d’atteindre l’objectif pour les femmes et seulement 30 pays pour les hommes.

Le Danemark, la Nouvelle-Zélande, la Norvège et la Corée du Sud sont quelques-uns des pays en passe d’atteindre l’objectif de l’ONU pour les hommes et les femmes. En comparaison, le Royaume-Uni, l’Australie, la France, l’Allemagne, l’Inde et la Chine ne parviendront pas à atteindre l’objectif pour les deux sexes si les tendances actuelles se poursuivent.

Selon l’analyse, la situation se dégrade ou stagne dans 15 pays pour les femmes, y compris les États-Unis et 24 pour les hommes.

Katie Dain, une scientifique, qui travaille au sein de l’Organisation mondiale de la santé, a déclaré: «Nous sombrons dans un avenir fait de maladies, en raison de progrès très insuffisants dans le domaine des maladies non transmissibles.

Pour le professeur Ezzati, il suffit de peu de chose pour renverser la tendance : «Des dizaines de pays pourraient atteindre cet objectif avec une accélération modeste des tendances déjà favorables. Cela nécessite que les gouvernements nationaux et les donateurs internationaux investissent dans le dans le cadre d’une politique cohérente. »

Le professeur Ezzati a soutenu que le traitement de l’hypertension et la réduction des taux de tabagisme et de consommation d’alcool pourraient prévenir des millions de décès. Toutefois, des soins de qualité et abordables sont nécessaires pour diagnostiquer et traiter les maladies chroniques le plus tôt possible.

Notis©2018