Samsung devrait être le premier fabricant Androïde à utiliser un écran «3D Touch» qui sera configuré sur le prochain Galaxy S7. L’écran, que l’on croit être fabriqué par Synaptics, donnerait à la prochaine réalisation de la collection Galaxy une interface initiée par Apple sur l’iPhone  6s. Cette technologie permet aux utilisateurs de contrôler ce qu’ils voient en pressant sur l’écran. Samsung prévoit de sortir son Galaxy S7 début 2016.

La nouvelle norme

Le smartphone Galaxy S7 devrait avoir un écran plus grand, contenir jusqu’à à 128 Go de mémoire interne -donc beaucoup d’espace de stockage- et des capacités 3D tactiles, ce qui n’est pas autre chose qu’une imitation pure et simple de la technologie tactile 3D de l’iPhone 6s.

La technologie 3D Touch permet d’explorer différentes options de vision en fonction de la façon dont l’utilisateur touche l’écran.

galexy s7 03d

Début octobre 2015, un réseau de médias sociaux chinois, Weibo, divulguait des informations révélant un partenariat entre Samsung et Synaptics, qui devrait configurer le «3D Touch» sur Galaxy S7. Cette tractation a été confirmée par un communiqué de presse déclarant que Synaptics «travaille en étroite collaboration» avec un grand fabricant afin de livrer les smartphones compatibles début 2016.

«C’est une étape très passionnante, car  cette interface va bientôt devenir la norme de référence des smartphones», avait déclaré Kevin Barbier, le représentant de Synaptics à l’époque.

La bataille judiciaire

Ce n’est pas la première fois que Samsung, la société Android, s’aventure sur le terrain d’Apple. Par exemple, lorsque la collection Galaxy a fait son apparition, les consommateurs ne pouvaient pas s’empêcher de la voir comme le cousin d’Apple, à la fois dans la conception matérielle et les logiciels. Ce mimétisme constant de Samsung a entrainé des actions en justice.

Ainsi, en 2012, Apple a accusé Samsung de copier illégalement certaines caractéristiques brevetées de son iPhone. Le tribunal a finalement déclaré qu’Apple n’avait pas droit à des dommages pour l’imitation par Samsung de l’apparence générale de l’iPhone.

En 2014, Samsung se trouvait dans un autre procès avec Nvidia Corp, qui a accusé la société de violer des brevets sur les technologies de traitement graphique.

Au deuxième trimestre 2015, l’association de protection des droits des consommateurs de Shanghai a initié une action en justice contre la société sud-coréenne. Samsung est accusé de «bloatware» : la société sud-coréenne aurait chargé ses smartphones avec des applications qui ne peuvent pas être désinstallés.

Notis©2015