La venue d’un nouvel  enfant implique, notamment, du temps, la réorganisation de la vie familiale et des dépenses personnelles. C’est pourquoi de nombreux potentiels parents souhaitent connaître les coûts générés par les soins d’un nouveau-né, afin de savoir si leurs économies seront suffisantes pour faire face à cet immense défi.

Pour répondre à cette préoccupation légitime, la plateforme en ligne d’évaluation des produits financiers, LendEDU, a mené son enquête. Bien que centrés sur le marché des États-Unis, les résultats de ce vaste sondage est une source de réflexion -avant l’action- pour tous les futurs parents citadins, quel que soit leur situation économique et géographique.

Coûts

L’enquête révèle, qu’en moyenne, le coût d’un bébé, au terme de la première année, s’élèverait à 13 186 $. Plus les revenus des parents sont élevés plus les dépenses générées par l’arrivée d’un nouveau né sont élevées.

Allant plus loin que l’estimation (12 000 dollars USA) précédemment réalisée par le ministère de l’agriculture des Etats-Unis, les auteurs du nouveau sondage ont décomposé ce chiffre par catégorie de dépenses.

25% des participants ont déclaré que le coût de la première année de leur nouveau-né représentait “21 à 30%” du revenu annuel de leur ménage, tandis que 13% ont estimé que cela représentait “31 à 40%” du revenu annuel de leur ménage.

Selon le sondage, 58% des répondants ont commencé à épargner à l’avance pour couvrir les coûts de la première année de leur enfant, alors que 42% ne l’ont pas fait. Parmi ceux qui ont économisé, le montant moyen enregistré pour la première année était de 9 331 $.

Effets

En ce qui concerne l’impact des coûts liés à l’éducation des enfants, 26% des répondants ont déclaré ne plus vouloir avoir d’enfants en raison des coûts générés durant la première année, tandis que 27% ont déclaré, pour les mêmes raisons, qu’ils allaient devoir attendre au moins quelques années avant de se lancer dans une nouvelle aventure.

Dans certains cas, les dépenses élevées obligent les parents à contracter des emprunts.

D’après les résultats de l’enquête, 24% des répondants se sont endettés pour couvrir les coûts de la première année, le montant moyen de la dette à la première année s’élevant à 6 144 $.

L’un des motifs de l’endettement est qu’un des parents soit contrait à l’abandon de son travail. D’après l’enquête, 29% des répondants ont indiqué que leur partenaire ou eux-mêmes avaient dû quitter le marché du travail pour élever leur bébé, tandis que 25% ont déclaré qu’ils devaient changer d’emploi pour augmenter leur salaire.

Les problèmes financiers peuvent entrainer des tensions dans le couple.

Selon les résultats du sondage, 15% des répondants ont déclaré que les difficultés financières de la première année avaient eu un impact négatif sur leur relation avec leur partenaire. En contrebalancement, l’arrivée d’un nouveau-né peut aider à rassembler les gens.

Sur ce, et pour mettre fin à l’examen de ces données sur une note positive, 37% des personnes interrogées ont déclaré que le nouveau-né avait eu un impact positif, les autres indiquant que leur relation n’était pas affectée par l’évènement.

Notis©2019

Par Mary Maz.