Les craintes de la dette concernant les offres de voitures neuves prennent des proportions inquiétantes. Les entreprises de commercialisation d’automobiles proposent, en effet, des prêts d’acquisition assortis de dépôt (cautionnement) quasiment insignifiants. La plupart des nouveaux acheteurs de voitures neuves utilisent, en réalité, ces offres de prêt pour les louer et non les acheter.

C’est ainsi que dans certains pays, comme la Grande Bretagne, les prêts hypothécaires  ont enregistré une hausse de 13% en une année.

Frénésie de CAP

Une voiture de luxe d’un montant de £ 12,000 est accessible à n’importe qui, moyennant une avance de £ 319 et trois ans de paiements mensuels de £ 106. Ces opérations très attractives sont formalisées dans un controversé document dit contrat d’achat personnalisé (CAP).

Ces offres très-bon marché suscitent actuellement une frénésie d’emprunt, au point de réveiller les craintes d’une bulle de sur-endettement similaire à la débâcle hypothécaire du « sub-prime » qui a entraîné le crash financier de 2008.

Lings Cars, par la voix de son directeur, Ling Valentine, s’est vanté sur les plateaux d’une télévision britannique d’être « le prêteur de crédit automobile préféré de la Grande-Bretagne ». Il propose un diesel Nissan Juke à 1.5, d’une valeur de £ 18 000, pour seulement un dépôt de £ 528 et 35 paiements mensuels de £ 176.

Une Peugeot 108 de £ 9,000 est offerte pour un dépôt de £ 452 et 35 paiements mensuels de £ 151.

Des centaines d’autres entreprises offrent des offres similaires, et il y a des craintes que certains accordent des prêts hasardeux pour se  faire de l’argent sur un marché automobile qui est en plein essor.

Mise en garde

Les associations de défense du droit des consommateurs commencent à monter au filet pour mettre en garde contre la dangerosité de ces nouveaux appâts confectionnés par les concessionnaires d’automobiles.  En effet, les CAP se soldent par des paiements indus, le locataire pouvant retourner la voiture ou l’acheter à un prix convenu. Les acheteurs peuvent également être engagés à payer des faux frais, par ailleurs très onéreux, tels que des pénalités pour dépassement d’un kilométrage ou non remise dans les délais du véhicule.

Il est dans l’intérêt de nombreuses entreprises de financement d’encourager les clients à remettre leur voiture à la fin de la durée du prêt et à prendre un nouveau véhicule pour que les paiements ne se produisent pas.

Plusieurs enquêtes ont révélé que les automobilistes ayant une surface financière très instable ont été attirés par les courtiers en ligne à prendre des prêts à intérêt élevé pour acheter des voitures. Il est certain que la dépendance aux CAP rendait encore plus vulnérable un pan considérable de la population qui ne s’en sort pas. Cette vulnérabilité aura sans doute des répercutions sur l’économie nationale.

Notis©2017